LA VIE EST À NOUS, le cinéma du Front populaire [VIDÉO 37’29]

NOUS NE SOMMES RIEN, SOYONS TOUT ! Abonnés

Le

Les conquêtes sociales de 1936 n’ont pas été gentiment accordées tout de suite par le Front populaire. C’est à la base, le mouvement de grève et d’occupations qui a contraint le gouvernement d’union de gauche à négocier.

Mais cet élan ne venait pas de nulle part, depuis des années il s’inscrivait dans une culture populaire progressiste, à travers des mouvements de jeunesse, des chorales ou du théâtre, comme le groupe Octobre qui jouait des textes de Jacques Prévert. Dans toute cette effervescence politique et créative le cinéma allait joué un rôle important.

Ainsi, en vue des élections de 1936, à la demande du Parti Communiste, Jean Renoir réalise collectivement LA VIE EST À NOUS en l’espace de trois semaines. En même temps, tout un cinéma populaire et militant va contribuer à donner le souffle de 1936. Ces images le portent jusqu’à nous aujourd’hui ; ça nous regonfle et ça nous révolte contre les imposteurs de ce gouvernement « socialiste » qui détruit les droits sociaux et qui envoie ces CRS cogner sur la majorité qui les défend.

À l’occasion de la restauration des films du Front populaire par Ciné-Archives, la cinémathèque du Parti communiste français, Daniel Mermet reçoit :

- Marion BOULESTREAU, de Ciné-Archives

- Danielle TARTAKOWSKY, historienne, présidente de l’Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis

- Tangui PERRON, historien du cinéma, en charge du patrimoine audiovisuel à Périphérie

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 60 €. Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
-  les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
-  ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Zoom

Les Rendez-vous des Repaires

  • Abbeville

    Avec Liêm Hoang-Ngoc, docteur en sciences économiques et maître de conférences à l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne. Longtemps membre du Parti socialiste (membre du Bureau National à partir de 2012 et député européen dans la région Est de 2009 à 2014), Liêm Hoang-Ngoc quitte le PS en 2015, estimant (...)

    Abbeville
    Boulevard Vauban

  • Lons le saunier

    Nuit Debout, six mois plus tard, on se bat encore ? À Lons-Le-Saunier, la mobilisation reprend tous les jeudis sur la place de la Liberté à partir de 18 h. Rendez-vous mercredi 28 septembre au Léonz’ Café pour la rentrée du repaire.

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Saint Lô

    En France, les femmes n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1944. Elles ne peuvent exercer une profession et ouvrir un compte bancaire sans autorisation du mari que depuis 1965. Aujourd’hui, l’égalité hommes/femmes n’est toujours pas effective dans de nombreux domaines. Quelles sont les luttes (...)

    Saint-Lô

  • Nîmes

    Le café repaire du 7 septembre nous a permis d’évoquer un peu l’histoire, l’origine de la notion de laïcité. Le sujet étant loin d’être épuisé, le 5 octobre, à partir de 19h, nous en remettrons une couche !

    Nîmes
    24 Boulevard Amiral Courbet

Dernières publis