Rencontre avec Ian BROSSAT

Mon grand-père, agent de Moscou Abonnés

Le

photo : R. HIRSCH (collection particulière de Ian Brossat)

L’espion et l’enfant. L’enfant, c’est IAN BROSSAT, adjoint à la Maire de Paris (logement). L’espion, c’est son grand-père, MARCUS, qui pendant trente ans a espionné Israël pour le compte de l’URSS. Une histoire emblématique du vingtième siècle.

Pour fuir les persécutions nazies, un jeune Juif fuit la Pologne et trouve refuge en URSS qui le sauve. Début des années 1950, il s’installe en Israël. Par reconnaissance pour l’URSS, il transmet des renseignements secrets sur Israël. Démasqué au bout de trente ans, il est condamné à 20 ans de prison. C’est là que son petit-fils lui rend visite en croyant qu’il s’agit d’un hôpital.

Tous les éléments emblématiques du 20ème siècle sont là dans la vie d’un homme : la Shoah, l’URSS, Israël, la guerre froide et l’espionnage… Sauf que ce n’est pas un roman mais une histoire vraie. Mais, Ian BROSSAT étant en charge du logement à la Mairie de Paris, nous en profitons d’abord pour soutenir nos amis les riches des beaux quartiers persécutés par les socialo-commnistes qui transforment la France en Corée du Nord.

Ian BROSSAT : « Mon grand-père, agent de Moscou » (extrait)

Ian BROSSAT, adjoint à la Maire de Paris en charge du logement et de l’hébergement d’urgence, est l’auteur du récit L’Espion et l’enfant, aux éditions Flammarion.

Entretien : Daniel MERMET


Les différentes séquences de l’émission :


Merci à Ian BROSSAT.

Programmation musicale :
- Les Fatals Picards : Manouches
- Georges Moustaki : Grand-père

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

entretien : Daniel MERMET
réalisation : Grégory SALOMONOVITCH
préparation : Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

Daniel Mermet reçoit Mickaël Wamen, Romain Altmann, Gaël Quirante et Griselda Michel Samedi 22 avril : premier tour social ! Voir

Le

Plusieurs syndicats, collectifs et associations lance un appel pour un rendez-vous inédit le 22 avril, veille du premier tour de l’élection présidentielle. Objectif : porter les luttes, les exigences sociales et inviter les salariés à une manifestation nationale à Paris en prenant la rue Place de la République à 14 heures.