RADIO (27’06) LE SYSTÈME SORAL

LE SOMMEIL DE LA RAISON ENGENDRE DES MONSTRES Abonnés

Le

Cette eau-forte date de 1797. Goya cherchait à se dégager de l’Académie et des commandes officielles. Il se lance dans cette série de gravures, « les Caprices ». Nous sommes encore au 18ème siècle et ici, la RAISON c’est les LUMIÈRES et les monstres c’est l’obscurantisme, l’arbitraire, la tyrannie et la croyance. Si la Raison s’endort, alors la Lumière s’éteint et dans les ténèbres, les monstres se glissent en un cortège volant et rampant. C’est ce qui arrive aujourd’hui, entre chien et loup tout est flou, c’est la débandade, tout change de pôle et d’épaule comme dit Aragon. Comme la Raison de Goya nous nous sommes endormis, épuisés ou gavés ou indifférents, et ceux de notre camp qu’on entend encore ne parlent pas, ils ronflent.

Pour les fachos, ce fut donc facile d’entrer et de nous voler toutes nos affaires, nos meubles, nos rideaux, nos lignes de front, nos digues, nos drapeaux rouges, nos bijoux de famille et toute notre histoire et toutes nos victoires et même la gravure de Goya. Les fachos sont ainsi. Car c’est d’eux dont je parle, cette extrême droite qui se déguise en gauche, qui se déguise en peuple, qui mélange le rouge et le brun et ajoute même une étoile jaune. Primo Levi dit que le camp, le « lager », est « le plus menaçant des monstres engendrés par le sommeil de la raison ». Primo Levi interprétait ainsi le dessin de Goya. Alain Soral est un pitre rouge-brun, mais surtout un obsessionnel antisémite qui s’adresse à des millions de gens collés à leur écran.

N’oublions jamais que dans NAZI, il y a National et il y a Socialisme. Constat de gauche, solution de droite, dit Soral. Constat socialiste, solution nationaliste. Le rapprochement est abusif ? Non. C’est la recette de l’extrême droite depuis longtemps, on l’avait oublié, mais aujourd’hui, ça marche. Ça marche auprès d’un peuple méprisé, terrorisé par le chômage de masse, apeuré par la crise et l’austérité, paumé et humilié. N’oublions jamais la puissance du ressentiment dans l’Histoire. En 2008, alors qu’il était au FN, Soral déclare à l’hebdomadaire d’extrême droite Minute : « La vocation du FN est de faire l’union sacrée de la gauche du travail, trahie par la gauche bobo, et de la droite des valeurs, déçue par la droite bling-bling. Jean-Marie Le Pen le sait très bien ». La vieille recette a bien marché. Aucun prince charmant ne viendra réveiller d’un baiser la Raison endormie. C’est à nous de chasser rudement ces profiteurs d’abîmes et ces oiseaux gluants.

Daniel MERMET

Un entretien d’Anaëlle VERZAUX à la Fête de l’Huma, avec Robin D’ANGELO et Mathieu MOLARD autour de leur livre SORAL, enquête sur un facho business.

(extrait) Le Système Soral
L’intégralité de l’entretien est disponible uniquement pour les abonnés.
Pour vous abonner c’est simple et rapide, cliquez ici !
Alain Soral, le 5 septembre 2013 au théâtre de La Main d’or à Paris (Audrey Cerdan/Rue89)

Merci à Robin D’ANGELO et Mathieu MOLARD.
Merci aussi à la Fête de l’Humanité, Fabien GAY et Esmahen HARTELLI.

Entretien : Anaëlle VERZAUX
Réalisation : Franck HADERER et Jérôme CHELIUS
Préparation : Jonathan DUONG
Montage : Grégory SALOMONOVITCH

Réécoutez toutes nos émissions diffusées en direct à la Fête de l’Huma 2015 en cliquant ici.

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte",en haut à droite de cette page)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le Kaffee Repaire de Berlin reprend ! Mathieu Pouydesseau, ancien membre du Bureau National du Parti socialiste à titre des frondeurs, démissionnaire suite à la loi sur la déchéance de nationalité, nous présentera la nouvelle réforme du travail 2.0 et ses raisons. Le 2 août 2017, le Sénat votait le (...)

    Berlin
    4 Wildenbruchstraße

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.