Le hareng de Bismarck ( VIDÉO 30’54)

MELENCHON BOMBARDE L’ALLEMAGNE

Le

Un entretien avec Jean-Luc MÉLENCHON à écouter en intégralité sur : la-bas.org/les-emissions-258/les-emissions/2015-16/melenchon-poison-allemand

« L’Allemagne, c’est un modèle pour ceux qui ne s’intéressent pas à la vie, (...) personne n’a envie d’être allemand, pas même les Allemands ! La preuve : ils ne font pas d’enfants. » Jean-Luc Mélenchon n’y va pas de main morte avec nos voisins et leur modèle tant admiré par nos élites hexagonales. Après l’épisode grec et le scandale Volkswagen, il enfonce le clou.

« Les moutons français bêlent pitoyablement dans leur enclos quand claque le fouet des faces de pierre qui gouvernent outre-Rhin. (...) Certes en France il y a toujours eu un fort parti de germanolâtres, (...) mais comment peuvent-ils aujourd’hui supporter que les dirigeants allemands et leurs médiacrates parlent sur ce ton à la France et au reste de l’Europe ? Pourquoi taisent-ils le naufrage auquel l’Allemagne se destine ? Pourquoi nous demandent-ils d’admirer un présent aussi calamiteux et un futur aussi pitoyable ? »

Le scandale Volkswagen, le mépris pour la Grèce, l’ordolibéralisme, la réunification (dont on célèbre les 25 ans), la loi du sang, l’accueil des réfugiés... Mélenchon démonte le modèle allemand sans prendre de gant. Il y a urgence, « le poison allemand est l’opium des riches. Changer nos vies et faire changer l’Allemagne est une seule et même chose. Il faut le faire avant qu’il ne soit trop tard. »

Entretien : Daniel MERMET
Réalisation : Jonathan DUONG
Image : Lucile LATOUR

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.