Le business de la xénophobie Abonnés

Le

JPEG - 83.3 ko
La frontière entre le Mexique et les États-Unis, à Tijuana (photo : Daniel Mermet)

Claire Rodier est juriste, membre du Groupe d’information et de soutien des immigré-e-s (GISTI) et du réseau Migreurop. Elle a publié en 2012 le livre « Xénophobie business : à quoi servent les contrôles migratoires ? » (aux éditions La Découverte). Noyés en Méditerranée, camp de migrants évacué sous le métro La Chapelle à Paris, les migrants sont de nouveau à la une des journaux.

Le business de la xénophobie (extrait)

Alors qu’on parle plus souvent du business des passeurs et des trafics d’être humains, ou encore du « coût » supposé d’un migrant en France, Claire Rodier éclaire un aspect économique méconnu de la migration, le business du contrôle des migrants, des frontières et et de la rétention. Dont l’entreprise florissante G4S, 650 000 employés dans le monde, 3ème plus gros employeur privé mondial, 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Extrait de « NON À L’HOSTÉRITÉ ! », notre émission LÀ-BAS Hebdo n°20 à retrouver en intégralité en cliquant ici.


Merci à Claire Rodier.

Merci aussi à Hossein et à l’équipe du Lieu-Dit.

Programmation musicale :
- Ouvrez les frontières, par Tiken Jah Fakoly avec Soprano

Entretien : Daniel MERMET
Réalisation : Franck HADERER
Montage : Grégory SALOMONOVITCH
Préparation : Jonathan DUONG
Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour cette édition du mois de mars autour du thème du gaz de schiste, nous accueillons le collectif « Stop Gaz de schiste 39 », qui milite : contre l’exploration et de l’exploitation de ressources d’hydrocarbure rocheuses (gaz et huile de schiste) pour le droit élémentaire de vivre dans un (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Va-t-on vers la suppression de l’argent liquide à l’horizon de 2022 (c’est-à-dire demain) ? Quels seraient les avantages d’une telle mesure et ses conséquences au quotidien ? En Allemagne, Grande-Bretagne et en Italie, des voix opposées se font entendre. En France, le débat n’est toujours pas (...)

  • Voter a-t-il encore un sens ? Si oui, alors pour qui voter ? Le débat sur les programmes et les idées est étouffé par les affaires et la corruption. Pourtant, ces programmes, ces idées existent bien et nous ne pouvons les ignorer sans perdre de vue les enjeux de cette élection. Qui est qui et qui dit (...)

    Portiragnes

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • En présence de Pierre Bitoun, co-auteur de Le sacrifice des paysans, nous tenterons d’expliquer comment le projet productiviste qui s’est déployé au cours des 70 dernières années a entraîné la destruction des sociétés paysannes et des cultures (...)

Dernières publis