[RADIO 04’49]

Assigné à résidence, il est arrêté pour être allé au tribunal !

Le

Manuel Valls a déclaré vouloir « tout faire » pour notre « sécurité ». L’état d’urgence sera-t-il inscrit dans la Constitution malgré la mobilisation citoyenne ? Alors que les débats sur la révision de la Constitution sont en cours à l’Assemblée nationale ce vendredi 05 février, 381 personnes sont toujours assignées à résidence, pour des raisons plus ou moins justifiées.

C’est le cas de Younès. Nous lui avons consacré un reportage il y a quelques semaines. Younès 28 ans, vit à Goussainville, dans le Val-d’Oise en banlieue parisienne. Avant d’être assigné, Younès était chauffeur VTC (Voiture de Tourisme avec Chauffeur). Mais depuis le 16 novembre, il ne peut plus travailler, ne peut plus gagner sa vie, ne peut plus quitter sa ville…

Et il doit pointer trois fois par jour au commissariat de Goussainville…

JPEG - 517.7 ko
(photo : Emmanuel BROSSIER)

Il est accusé, pour le moment sans preuves, d’être un prétendant au terrorisme, un danger pour la sécurité du territoire national ayant connu l’un des frères Kouachi. Younès s’en défend, dans l’incompréhension totale de ce qui lui arrive. Il pense qu’il s’agit d’une erreur, qu’il a été confondu avec un homonyme, un autre Younès qui vit en Tunisie.

Atteint de narcolepsie, la maladie du sommeil, depuis l’âge de 16 ans, il suit un traitement très rigoureux qu’il a, en ce moment, du mal à tenir. Il souffre aussi psychologiquement, vivant cette situation comme une humiliation.

Younès doit se rendre trois fois par jour au commissariat, mais n’a exceptionnellement pas pu pointer le 3 février à 14 heures, puisqu’il était alors au Tribunal administratif de Cergy-Pontoise, pour l’audience de son procès. Une audience particulièrement importante, puisque son avocat, Me Gérard Tcholakian, demandait la suspension de son assignation à résidence.
Mauvaise surprise en revenant du tribunal. A peine était-il chez lui que Younès est arrêté… au motif qu’il n’a pas pointé le 3 février, à 14 heures. Mais comment pouvait-il être à la fois ici et là-bas ?

L’état d’urgence poursuit son chemin glissant...

Anaëlle VERZAUX a pu joindre Younès à la sortie de sa garde à vue, ainsi que son avocat Me Gérard TCHOLAKIAN. C’était dans l’émission « LA GUERRE DES CIVILISATIONS N’AURA PAS LIEU », notre LÀ-BAS Hebdo n°34 du 05 février 2016 :

YOUNÈS arrêté !

Merci à Younès et à son avocat Me Gérard TCHOLAKIAN.

entretiens : Anaëlle VERZAUX
réalisation : Jérôme CHELIUS

Zoom

Les Rendez-vous des Repaires

  • Saint Lô

    En France, les femmes n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1944. Elles ne peuvent exercer une profession et ouvrir un compte bancaire sans autorisation du mari que depuis 1965. Aujourd’hui, l’égalité hommes/femmes n’est toujours pas effective dans de nombreux domaines. Quelles sont les luttes (...)

    Saint-Lô

  • Vierzon

    Mardi 4 octobre, à 19 heures, le café repaire de Vierzon accueillera Marie-Josèphe Bonnet. Cette historienne, figure du mouvement féministe et homosexuel, pose aujourd’hui la question : où sont passés les rebelles ? Auteur de nombreux ouvrages, Marie-Josèphe Bonnet, qui a milité dans le Mouvement de (...)

  • Angers

    Mardi 4 octobre, rendez-vous au bar Challenge à 19h30 pour organiser la résistance sur tous les fronts. Au programme : – organisation du passage et de l’accueil à Angers le mercredi 12 octobre de la Caravane Solidaire avec la Grèce. – présentation et renforcement du mouvement Nuit Debout – (...)

    Angers

  • Nîmes

    Le café repaire du 7 septembre nous a permis d’évoquer un peu l’histoire, l’origine de la notion de laïcité. Le sujet étant loin d’être épuisé, le 5 octobre, à partir de 19h, nous en remettrons une couche !

    Nîmes
    24 Boulevard Amiral Courbet

  • La Rochelle

    Procédé de mise en œuvre de satisfaction de besoins publics de l’État et des collectivités territoriales, voire même d’établissements publics, le PPP (partenariat public-privé) a souvent mauvaise presse, et pas seulement en France. Déjà, de par son origine, anglo-saxonne. Source diabolique s’il en est. Le (...)

Dernières publis