Rencontre avec Laura RAIM

L’extrême droite à la Maison Blanche Abonnés

Le

Longtemps ils n’ont existé que dans les bas-fonds d’Internet en s’agitant sur des petits blogs invisibles, maintenant le plus influent d’entre eux, Stephen BANNON, vient d’être nommé par Donald TRUMP, comme son haut conseiller stratégique.

Ils ? Les partisans de la droite la plus extrême. Chauvins, revanchards, racistes, anti-démocratiques, autoritaires, délirants, ils plaident pour le retour de la suprématie de la race blanche. Ce véritable cauchemar idéologique siège désormais sur la plus haute marche de la Maison Blanche.

La journaliste Laura RAIM analyse comment néo-réactionnaires ultra-nationalistes de l’« Alt-Right » (« nouvelle droite ») ont vu dans l’arrivée de Donald TRUMP une formidable opportunité de se faire entendre. Ils ont déployé leur force pendant la campagne — intellectuels actifs, armée de geeks racistes et sexistes patrouillant sur les réseaux sociaux, opposition affirmée des petites classes moyennes contre les élites mondiales et l’establishment républicain.

Mieux encore, ils se servent du prochain président des États-Unis comme d’un formidable cheval de Troie pour faire gagner la bataille de leurs idées articulées autour d’un logiciel idéologique simpliste : la défense des intérêts du peuple blanc d’Amérique.

Un entretien de Daniel MERMET avec Laura RAIM.

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le Kaffee Repaire de Berlin reprend ! Mathieu Pouydesseau, ancien membre du Bureau National du Parti socialiste à titre des frondeurs, démissionnaire suite à la loi sur la déchéance de nationalité, nous présentera la nouvelle réforme du travail 2.0 et ses raisons. Le 2 août 2017, le Sénat votait le (...)

    Berlin
    4 Wildenbruchstraße

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.