Émission spéciale « Doléances et Résistances » en public

HAYANGE, CEUX QUI FONT FACE AU FRONT [INTÉGRALE RADIO] Abonnés

Le

[EXTRAIT] HAYANGE, CEUX QUI FONT FACE AU FRONT



C’est curieux, le maire d’Hayange n’a pas aimé notre affiche. Et même il l’a fait arracher, et même il l’a fait repeindre en bleu ! C’est curieux, lui qui aime le cochon, lui qui fait la Fête du cochon.

Le maire d’Hayange, Fabien Engelmann, et le vice-président du Front national, Florian Philippot, à la Fête du cochon (septembre 2016)

Hayange est l’une des onze nouvelles villes conquise par le Front National lors des municipales de 2014.

Ancien militant de Lutte Ouvrière et de la CGT, le jeune maire d’Hayange est très habile pour lancer des petites ou des grosses provocations qui font le beurre et le bonheur des médias qui viennent du monde entier.

Et les habitants d’Hayange, sont-ils contents ? On vous répond que oui. Que si le maire se présentait dimanche prochain, il serait largement réélu.

Tous contents ? Vraiment ?

Face à ce maire qui occupe toute la scène médiatique, nous avons voulu équilibrer un peu et donner un peu de place à ceux qui ne sont pas aussi contents que ça.

Et nous voilà à côté, juste à côté, dans la ville voisine de SERÉMANGE-ERZANGE. Même situation, même population, même histoire, sauf que là, c’est une municipalité communiste. Et ça marche pas plus mal et même plutôt mieux.

Ainsi, à quelques centaines de mètres, les mêmes genres de gens peuvent voter de façon complètement opposée.

Ici, c’est la vallée de la Fensch. C’était la sidérurgie, c’était les mines, c’était les hauts fourneaux. C’était l’empire de la famille de Wendel, l’une des plus puissantes dynasties du capitalisme paternaliste qui régnait sur l’industrie, sur la banque, sur la politique, sur la presse. Et qui aujourd’hui se contente juste de faire un peu dans la finance...

Vallée de la Fensch, hier 80 000 emplois, aujourd’hui à peine 4 000.

Pour les habitants, cette catastrophe sociale a été marquée par trois trahisons historiques, trois noms : François Mitterrand, Nicolas Sarkozy, François Hollande. Trois fois, la main sur le cœur ( tout comme aujourd’hui Emmanuel Macron chez Whirlpool à Amiens) ils sont venus leur assurer, leur promettre, leur jurer que les emplois seront sauvegardés.

Trahison, désillusion : les causes du vote FN sont là, les politiques néo-libérales sont responsables de la montée du FN.

C’est avant tout le néo-libéralisme de François Mitterrand, de Nicolas Sarkozy, de François Hollande qui est responsable de la lepénisation des milieux populaires.

La gauche embourgeoisée s’est contentée de crier au fascisme, et à la peste brune, et au retour des années noires, sans chercher à comprendre les causes mais en utilisant – et même en construisant – cet épouvantail pour se présenter en rempart contre le racisme et la xénophobie.

Bon. Voilà des mots. Reste l’essentiel. Comment faire front contre le Front ? Comment fait-on sur place ? quelles résistances ? quelles oppositions ?…

Serge JURCZAK, le maire de Serémange-Erzange, nous a ouvert son théâtre.

Et voilà nos invités :

- Marc OLÉNINE, fondateur de l’université populaire de la Fensch

- Aurélie FILIPPETTI, députée PS de la Moselle

- Lionel BURIELLO, secrétaire général du syndicat CGT Arcelor Mittal, candidat France Insoumise à l’élection législative 2017

- Patrice HAINY, ancien adjoint au maire d’Hayange

- Anne DUFLOT-ALLIEVI, présidente du comité local du Secours populaire français

- Hugues MILLER, délégué CGT à la mairie d’Hayange

- Gilles WOBEDO, infirmier, président de l’association citoyenne « Hayange Plus Belle Ma Ville »

Une émission enregistrée en public et direct au théâtre de Serémange-Erzange, le 11 avril 2017.


Les différentes séquences de l’émission :

01. Un message sur le répondeur de Là-bas si j’y suis

01. Un message sur le répondeur de LÀ-BAS

02. L’histoire de la vallée des « ange »

Avec, autour de Daniel MERMET :

- Serge JURCZAK, maire PCF de Serémange-Erzange

- Marc OLÉNINE, fondateur de l’université populaire de la Fensch

- Aurélie FILIPPETTI, députée PS de la Moselle

- Lionel BURIELLO, secrétaire général du syndicat CGT Arcelor Mittal, candidat France Insoumise à l’élection législative 2017

03. De promesses en promesses

Avec, autour de Daniel MERMET :

- Serge JURCZAK, maire PCF de Serémange-Erzange

- Lionel BURIELLO, secrétaire général du syndicat CGT Arcelor Mittal, candidat France Insoumise à l’élection législative 2017

- Aurélie FILIPPETTI, députée PS de la Moselle

04. Une consternante indigence

Avec, autour de Daniel MERMET :

- Patrice HAINY, ancien adjoint au maire d’Hayange

- Aurélie FILIPPETTI, députée PS de la Moselle

- Anne DUFLOT-ALLIEVI, présidente du comité local du Secours populaire français

- Hugues MILLER, délégué CGT à la mairie d’Hayange

- Gilles WOBEDO, infirmier, président de l’association citoyenne « Hayange Plus Belle Ma Ville »

05. Quelles alternatives ?

Avec, autour de Daniel MERMET :

- Serge JURCZAK, maire PCF de Serémange-Erzange

- Gilles WOBEDO, infirmier, président de l’association citoyenne « Hayange Plus Belle Ma Ville »

- Lionel BURIELLO, secrétaire général du syndicat CGT Arcelor Mittal, candidat France Insoumise à l’élection législative 2017

- Marc OLÉNINE, fondateur de l’université populaire de la Fensch

- Aurélie FILIPPETTI, députée PS de la Moselle


Musique, en direct au théâtre de Serémange-Erzange :
- Major Taylor et Smokey & The Bum Boys : Au secours
- If If Between : Auteuil-Neuilly-Passy
- Major Taylor et Smokey & The Bum Boys : Peur d’avoir raison
- Major Taylor et Smokey & The Bum Boys : Fais-toi belle
- If If Between : I lost my fucking keys

Merci à Lucie BOUVAREL du Républicain lorrain, à la mairie de Serémange-Erzange, à Didier, à Éric et à toute l’équipe du théâtre municipal de Serémange-Erzange.

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !

Avec Yann Augras, de la CGT, depuis l’usine GM&S Industry Les GM&S mettent le feu dans l’usine Écouter

Le

« Suite aux négociations catastrophiques avec la cellule de crise mise en place par le gouvernement, les salariés on décidé de hausser le ton et de mettre le feu dans l’usine. » C’est le communiqué des 277 salariés de GM&S Industry, sous-traitant de Renault et PSA Peugeot, en lutte depuis six mois, qui avaient menacé de faire sauter leur usine.