LE GABON AU BORD DU CHAOS

GABON, AU DÉTRIMENT DU PEUPLE (1/2)

Le

Ils sont deux à se bagarrer pour le même fauteuil, chacun se déclare vainqueur, chacun accuse l’autre de fraude et de magouille. Et dans ce domaine-là, ils s’y connaissent. Ali Bongo et Jean Ping sont issus du même sérail, ils ont des liens familiaux étroits, alors quelle différence pour le Gabon ?

Pourquoi ces émeutes et ces morts depuis le résultat contesté des élections du 27 août ? Pillages, assemblée nationale en feu, répression, arrestation, au moins déjà cinq morts. Et que dit la France ? C’est une longue histoire de fric et de pétrole avec le Gabon, haut lieu de la Françafrique avec son cortège de scandales, de barbouzeries et de corruptions. Ah mais tout ça aujourd’hui, c’est fini, « la Françafrique est derrière nous », nous dit Jean-Marc Ayrault. Vraiment ?

« L’Afrique sans la France, c’est une voiture sans chauffeur, la France sans l’Afrique, c’est une voiture sans carburant. » Tel est le credo de la Françafrique où le Gabon est au tout premier rang. Un petit pays pourtant, 1,8 million d’habitants mais, pour son malheur, le pays du PMU (Pétrole, Manganèse, Uranium), tout ce que la France convoitait à tout prix.

Dès la « perte » de l’Algérie, c’est-à-dire le déclin des ressources essentielles, la France de de Gaulle a décolonisé l’Afrique pour mieux la recoloniser. « La France n’a pas de pétrole, mais elle des idées », disait-on. La Françafrique fut l’une de ces idées. Tout un système occulte de réseau, de corruption, de barbouzeries en tout genre fut mis en place en dehors de tout cadre légal, avec, pour principe, la stabilité. Indispensable stabilité nécessaire au business et aux investisseurs.

Ainsi la dynastie Bongo est au pouvoir depuis 48 ans, 41 ans pour Omar, et 7 ans pour Ali, le fiston. Mais il y a le moment où c’est la marionnette qui manipule le marionnettiste. C’est Bokassa qui tient Giscard, c’est Omar Bongo qui distribue des mallettes de billets à toute la classe politique française et qui fait nommer les ministres français. Pendant ce temps, un tiers des habitants du Gabon survit en dessous du seuil de pauvreté. Le long scandale du pillage des ressources se fait au détriment du peuple.

EN ACCÈS LIBRE GRÂCE AUX ABONNÉS MODESTES ET GÉNIAUX : première partie de notre dossier sur le Gabon, avec Laurence NDONG, auteure du livre Gabon, pourquoi j’accuse…, aux éditions de L’Harmattan, et Persis Lionel ESSONO, juriste, porte-parole en France du candidat Jean PING.

Merci à Laurence NDONG et Persis Lionel ESSONO.

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

journaliste : Daniel MERMET
préparation : Sylvie COMA
réalisation : Jonathan DUONG et Jeanne LORRAIN
son : Sylvain RICHARD

(Vous pouvez podcaster cette vidéo en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Télécharger la vidéo au format .mp3 :

Gabon, au détriment du peuple (1/3)

Écouter la vidéo au format audio :

Gabon, au détriment du peuple (1/3)

Voir aussi

- À LIRE :
Gabon, pourquoi j’accuse…, un livre de Laurence NDONG (2016, éditions L’Harmattan)

- À VOIR :
GABON, AU DÉTRIMENT DU PEUPLE (2/2), seconde partie de notre dossier sur le Gabon avec Vincent HUGEUX et Aminata TRAORÉ

Françafrique, un documentaire en deux parties de Patrick BENQUET (2011, produit par la Compagnie des Phares et Balises)

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le Kaffee Repaire de Berlin reprend ! Mathieu Pouydesseau, ancien membre du Bureau National du Parti socialiste à titre des frondeurs, démissionnaire suite à la loi sur la déchéance de nationalité, nous présentera la nouvelle réforme du travail 2.0 et ses raisons. Le 2 août 2017, le Sénat votait le (...)

    Berlin
    4 Wildenbruchstraße

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.