Et voilà LÀ-BAS HEBDO n°24

FRÉDÉRIC LORDON : LA GRÈCE EST PASSÉE SOUS LA TABLE Abonnés

Le

Il est toujours plus facile de faire passer la potion amère par la gauche. L’Europe néolibérale et ses missionnaires médiatiques jubilent et acclament le "charismatique" Tsipras qu’ils trainaient hier dans la gadoue. Mais quelle sera sa marge de manœuvre ?

Dans un communiqué diffusé via un site grec d’information, Yanis Varoufakis, ancien ministre des Finances d’Alexis Tsipras, estime lui que cette élection sert deux objectifs pour le premier ministre. « Primo, annuler le “non” courageux que 62 % de la population grecque (malgré le discours alarmiste des médias, la fermeture des banques et les contrôles des capitaux) a opposé aux programmes et mémorandums sans issue, humiliants et irrationnels des plans de sauvetage », a-t-il indiqué en faisant allusion au référendum du 5 juillet sur les mesures d’austérité réclamées par les créanciers d’Athènes. « Secundo, la “légalisation” de la capitulation qui a suivi la signature du troisième mémorandum sans issue, humiliant et irrationnel », a-t-il précisé.

Aujourd’hui la victoire de Tsipras c’est la victoire de l’Europe néolibérale de l’austérité et de la dérégulation. Mais au moins le brouillard est dissipé. En quelques mois nous comprenons beaucoup mieux les enjeux de l’Europe et son vrai visage. Nous avons le choix entre retoucher le tableau à l’intérieur du cadre ou bien en peindre un autre dans un autre cadre.

Quatre jours avant ces élections nous retrouvions Frédéric LORDON.
La Grèce, l’euro et l’Europe avec un détour par Podemos.

Après ça, jetez vous sur La Malfaçon le livre où Lordon développe son travail sur cette chose mal née qu’est l’Europe. Notez aussi que nous préparons un dossier "TOUT LORDON" où vous pourrez retrouver TOUTES SES INTERVENTIONS DANS LA-BAS DEPUIS 2004 !

Mais ce n’est pas tout !

Dans ce Là-bas Hebdo n°24, GÉRARD MORDILLAT se penche sur un dessin de PLANTU, le « Robert Ménard du dessin de presse ».

DIDIER PORTE quant à lui, après avoir déclaré sa flamme à EMMANUEL MACRON dans Là-bas Hebdo n°23, vient nous révéler tout son amour pour le grand chef d’entreprise qu’est VINCENT BOLLORÉ.


LÀ-BAS Hebdo n°24 (extrait)
Cliquez sur la flèche, en-dessous du lecteur, pour écouter dans une autre fenêtre et continuer à naviguer sur le site
Frédéric Lordon (Là-bas Hebdo n°24)

LÀ-BAS Hebdo n°24, avec, autour de Daniel Mermet :
- FRÉDÉRIC LORDON, directeur de recherche au CNRS, travaille au développement d’une économie politique spinoziste, et auteur du blog "La pompe à phynance"
- GÉRARD MORDILLAT, écrivain et réalisateur
- DIDIER PORTE, chroniqueur

Programmation musicale :
- Les Slugs : "L’euro"
- Vetty : "Un jour viendra"


Les différentes séquences de l’émission :

01. Vos messages sur LE RÉPONDEUR (8’26)

01. Vos messages sur le répondeur

Quelques messages parmi ceux que vous avez laissés sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.


02. Frédéric LORDON : la Malfaçon (23’31)


03. Frédéric LORDON : Comment sortir de l’Euro (39’08)

Sortir de l’Euro, c’est possible ? La réponse est oui pour Frédéric Lordon. Mais la bonne question qu’il faut se poser, c’est : pour quoi faire ?

En France, en Espagne, le débat sur l’Euro est de moins en moins tabou.


04. GÉRARD MORDILLAT : FAN DE PLANTU (6’20)

Après le Commandant Cousteau, Gérard Mordillat s’en prend au si sympathique et si prestigieux Plantu.

Dessin de Plantu pour Le Monde (10/09/15)

05. DIDIER PORTE :AVEC BOLLORE DE PLUS EN PLUS C’EST CANAL MOINS (8’12)

Didier Porte revient sur les premiers mois de la présidence du fulgurant Vincent Bolloré à la tête du groupe Canal +.

La marionnette de Vincent Bolloré aux Guignols de l’Info

Merci à Hossein et à l’équipe du Lieu-Dit.

Et n’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

Présentation : Daniel MERMET
Réalisation : Franck HADERER
Préparation : Jonathan DUONG
Préparation et Répondeur : Grégory SALOMONOVITCH

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.