ÉTAT D’URGENCE CONTRE ÉTAT DE DROIT [VIDÉO 10’55]

ÉTAT D’URGENCE, MERCI, ÇA SUFFIT

Le

« LA SÉCURITÉ, PREMIÈRE DES LIBERTÉS », proclame le Front National en 1992.
« LA SÉCURITÉ, C’EST LA PREMIÈRE DES LIBERTÉS », affirme Manuel Valls en novembre 2015. Marine peut aller à la plage, c’est Manuel qui garde la boutique. Dérive sécuritaire ? Déroute politique ? Les deux ?

Inefficace et dangereux. Deux mois après, le bilan de l’état d’urgence est à peu près nul. Non seulement les libertés sont menacées mais la sécurité n’est pas mieux assurée. Pourtant le gouvernement s’apprête à prolonger « le temps qu’il faudra ». Vers un état d’urgence permanent ? Des voix s’élèvent et s’organisent, un Conseil d’urgence citoyenne se constitue, des associations dénoncent l’islamophobie.

Avec, autour de Daniel MERMET :

- Sophie WAHNICH, historienne, directrice de recherche au CNRS, initiatrice du Conseil d’urgence citoyenne

- Laurence BLISSON, juge d’application des peines, secrétaire générale du Syndicat de la Magistrature

- Anthony CAILLÉ, secrétaire général de la CGT-Police Paris

- Sihem ZINE, membre de la Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie (CRI)

- Gérard TCHOLAKIAN, avocat, membre du Syndicat des Avocats de France

C’était dans notre émission LÀ-BAS Hebdo n°32 : « LA SÉCURITÉ, C’EST LA PREMIÈRE DES LIBERTÉS », à (ré)écouter en cliquant ici.

entretiens : Daniel MERMET
préparés par : Anaëlle VERZAUX
réalisation : Jeanne LORRAIN & Jonathan DUONG
son : Jérôme CHELIUS
préparation : Grégory SALOMONOVITCH

Les Rendez-vous des Repaires

  • "Revenu de base, revenu minimum, revenu inconditionnel, revenu d’existence, salaire à vie..." Ce sera le menu du prochain café repaire organisé conjointement par ATTAC 17 et le Centre d’Animation et de Citoyenneté de Surgères. Nous nous retrouverons mercredi 18 janvier au Café Français de Surgères, à (...)

  • L’accusée « Parti Socialiste » est déjà en état de mort cérébrale, Aude Lancelin parle même d’un PS en voie de putréfaction ; mais nous, citoyens atterrés, ne reculons pas devant l’ignominie ! Nous mettons en procès le « Parti socialiste ». La dictature des marchés ? La libre circulation des marchandises à (...)

    Nice

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.