PARTIE 4 : Sabine Cessou

En Afrique du Sud, Zuma doit tomber

Le

Frondes syndicales, manifestations, luttes sociales en Afrique du Sud. Le mot d’ordre : « Zuma doit tomber ».

À la tête d’un parti politique historique, le Congrès National Africain (ANC) de Nelson Mandela, le président sud-africain Jacob Zuma a perdu tout le crédit du combat contre l’apartheid à cause du tournant néo-libéral opéré dans les années 1990. Héritiers d’une histoire de luttes et d’émancipation, les Sud-Africains veulent passer d’une « liberté de papier » à une liberté réelle, en se libérant de ses libérateurs, nous raconte Sabine Cessou.

Dernière partie de notre rencontre avec l’équipe du Monde diplomatique du mois de juin, avec Sabine Cessou : « l’Afrique du Sud lassée de ses libérateurs ».

Un entretien de Jonathan Duong.

04. Sabine Cessou : en Afrique du Sud, Zuma doit tomber

Coup dur pour l’Afrique du Sud : fin mai, General Motors annonce son retrait du pays. Mille cinq cents emplois directs sont menacés et plusieurs milliers d’autres sont indirectement en jeu. Cette décision n’est qu’une illustration du trou d’air que traverse la première économie du continent. Sur fond de tensions sociales, de corruption et de violence, le pays de Nelson Mandela cherche un nouveau souffle.

page 16 du Monde Diplo : « L’Afrique du Sud lassée de ses libérateurs », un article de Sabine Cessou

Programmation musicale :
- Don Clarke & Special Care : Zuma Must Fall

Merci à Sabine Cessou.

Merci aussi à Sophie Durand-Ngô du Monde Diplomatique.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.