Élections américaines [VIDÉO : 03’07]

Amy Goodman : les médias pourrissent les élections

Le

Amy GOODMAN, la célèbre journaliste de DEMOCRACY NOW !, dénonce les médias qui roulent tous pour TRUMP et qui écrasent SANDERS. Les élections américaines sont tout sauf démocratiques. Concentré entre les mains de quelques financiers, notre système médiatique est le même, ici aussi il faut des grains de sable dans la machine. SOUTENEZ LÀ-BAS, ABONNEZ-VOUS !

De même que le financement est chaque fois plus délirant, de même les médias américains se déchaînent un peu plus à chaque élection. Cette fois, c’est surtout contre Bernie Sanders, le candidat « socialiste ». Ainsi du 6 au 7 mars, en l’espace de 16 heures, le Washington Post a publié 16 articles défavorables à Bernie SANDERS. Ainsi Donald TRUMP a 23 fois plus de temps de télé que Bernie SANDERS.

Pourtant SANDERS ne lâche rien. Même s’il est le plus populaire des candidats avec 41% d’opinions favorables selon CBS-NYT, même s’il arrive en tête chez les moins de 45 ans, même si les sondages le donnent gagnant face à TRUMP, il a peu de chances d’emporter les primaires démocrates le 25 juillet prochain. Le système électoral américain est ainsi fait. Imaginez où en serait Bernie SANDERS s’il avait la même couverture médiatique que TRUMP !

DEMOCRACY NOW !, aujourd’hui pilier du journalisme alternatif, diffusé sur 700 chaînes de radio et de télévision, a commencé en 1996. Pas de publicité, pas de financement d’entreprise, mais des dons du public ou venant de fondations pour un budget de 4 millions de $ par an. Présentée par AMY GOODMAN et JUAN GONZÁLES, la chaîne est accessible gratuitement partout dans le monde sur internet en texte, audio, vidéo et téléchargement.

Amy GOODMAN explique sur AJ+, la chaîne en ligne du réseau Al Jazeera, comment la candidature de Donald Trump est encouragée par le système médiatique :

« Fox, MSNBC, ou CNN : souvent vous n’arrivez pas à faire la différence. Vous zappez d’une chaîne à l’autre, mais il n’y en a que pour Trump.

C’est Trumpland !

Les médias sont comme une grande table de cuisine qui s’étendrait dans le monde entier. Une table autour de laquelle on s’assiérait tous pour débattre des enjeux les plus importants du moment : la guerre et la paix, la vie et la mort. Et tout ce qui est moins important ne peut que desservir une société démocratique.

Il est crucial, l’année d’une élection, d’écouter comment la politique affecte la vie des gens sur le terrain. Pas d’écouter les experts, mais d’écouter les gens eux-mêmes.

On invite toujours les experts, et c’est le cas sur toutes les chaînes : les experts, qui en savent tellement peu sur tellement de choses, et nous expliquent le monde en se trompant complètement.

Les médias fabriquent le consentement, en faveur d’une guerre, en faveur d’un candidat à une élection, par exemple en parlant davantage d’une personne, comme Donald Trump. Il s’immisce dans chaque maison. Il peut rester tranquillement dans l’un de ses palaces dorés à New York ou en Floride, alors que les autres candidats doivent arpenter tous les États.

Comment parvient-il à bénéficier de ce tuyau branché directement sur le cerveau, les yeux et la conscience de chacun ?

C’est très important. Le Tyndall Centre a écrit un rapport en 2015. Ils ont examiné l’année entière : Donald Trump a eu 23 fois plus de couverture médiatique que Bernie Sanders.

Ils ont calculé que l’émission ABC World New Tonight a consacré presque 81 minutes à Donald Trump en 2015. Et je crois me souvenir que c’est 20 secondes qu’ils ont accordé à Bernie Sanders.

Bernie Sanders est en train de battre tous les records. C’est la seule raison pour laquelle les médias s’intéressent à lui maintenant. Les médias devraient avoir honte.

Il a soulevé environ 44 millions de dollars en mars. Hillary Clinton en a soulevé 29 millions et quelques. 44 millions de dollars ! C’est inédit.

Mais ça n’engendre qu’un faible écho sur les écrans radars médiatiques. Ça laisse imaginer ce que ce serait s’il avait la même couverture médiatique que l’autre candidat. Vous imaginez où il en serait maintenant ?

Dans ce monde numérique high-tech, rempli de télévisons HD et de radios numériques, la réalité est brouillée par un voile de distorsions, de mensonges, d’altérations et de demi-vérités.

Nous attendons des médias qu’ils brouillent à leur tour ce signal : en critiquant, en s’opposant, en interférant.

Nous avons besoin de médias pour poursuivre le pouvoir, pas pour le suivre.

Nous avons besoin de médias qui soient un quatrième pouvoir, et non pas au service des autres pouvoirs.

Nous avons besoin de médias qui parlent des mouvements, qui créent des interférences et qui font l’Histoire. »

traduction : Jonathan DUONG
merci à Will STENBERG

Zoom

Les Rendez-vous des Repaires

  • Abbeville

    Avec Liêm Hoang-Ngoc, docteur en sciences économiques et maître de conférences à l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne. Longtemps membre du Parti socialiste (membre du Bureau National à partir de 2012 et député européen dans la région Est de 2009 à 2014), Liêm Hoang-Ngoc quitte le PS en 2015, estimant (...)

    Abbeville
    Boulevard Vauban

  • Lons le saunier

    Nuit Debout, six mois plus tard, on se bat encore ? À Lons-Le-Saunier, la mobilisation reprend tous les jeudis sur la place de la Liberté à partir de 18 h. Rendez-vous mercredi 28 septembre au Léonz’ Café pour la rentrée du repaire.

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Saint Lô

    En France, les femmes n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1944. Elles ne peuvent exercer une profession et ouvrir un compte bancaire sans autorisation du mari que depuis 1965. Aujourd’hui, l’égalité hommes/femmes n’est toujours pas effective dans de nombreux domaines. Quelles sont les luttes (...)

    Saint-Lô

  • Nîmes

    Le café repaire du 7 septembre nous a permis d’évoquer un peu l’histoire, l’origine de la notion de laïcité. Le sujet étant loin d’être épuisé, le 5 octobre, à partir de 19h, nous en remettrons une couche !

    Nîmes
    24 Boulevard Amiral Courbet

  • La Rochelle

    Procédé de mise en œuvre de satisfaction de besoins publics de l’État et des collectivités territoriales, voire même d’établissements publics, le PPP (partenariat public-privé) a souvent mauvaise presse, et pas seulement en France. Déjà, de par son origine, anglo-saxonne. Source diabolique s’il en est. Le (...)

Dernières publis