LÀ-BAS Hebdo n°22

TERRE D’ASILE MAIS PAS TROP ! À la Cité de l’Immigration, rencontre entre Benjamin Stora et les migrants refoulés de la Chapelle Abonnés

Le

Évacuation des migrants devant la halle Pujol, le 08 juin 2015 à Paris
par Là-bas si j'y suis

Nicolas Sarkozy n’avait jamais voulu inaugurer le Musée de l’Histoire de l’Immigration à son ouverture en 2007. Aujourd’hui, c’est à une « fuite d’eau » qui viendrait inonder la maison qu’il compare les dizaines de milliers de réfugiés qui tentent de survivre en Europe.

Moins qu’une inondation, ce serait plutôt une goutte d’eau. Qu’est-ce qui empêche la France d’accueillir quelques milliers de réfugiés qui fuient des dictatures sanglantes comme l’Érythrée, ou des pays en guerre comme la Libye ? Près de 2 000 personnes sont mortes depuis le début de l’année en Méditerranée, entassées par centaines sur des bateaux pour rejoindre l’Europe. La commission Européenne demande à la France d’accueillir 9 127 migrants dans les deux ans. Soit une personne pour quatre communes françaises.

LÀ-BAS Hebdo n°22 (extrait)

Pourquoi ces nouveaux immigrés ne seraient-ils pas une chance ? Un Français sur trois a un parent, un grand-parent ou un arrière-grand-parent né à l’étranger. D’un point de vue uniquement économique, l’immigration ne "coûte" absolument rien, d’après une étude menée par le chercheur en économie Xavier Chojnicki, puisque les immigrés travaillent, cotisent, paient des impôts...

Alors pourquoi gouvernement et parti des Républicains refusent-ils de concert d’accueillir des réfugiés ? Les stratégies xénophobes de marketing électoral n’empêchent pas les candidats à l’asile de venir quand même. Et en l’absence de politique d’accueil, de tenter de survivre dans des campements de fortune comme celui de la Chapelle à Paris. Régulièrement démantelés par les forces de l’ordre depuis le 2 juin dernier, ces abris sommaires permettent au moins aux migrants de rester ensemble, de s’organiser et de compter sur le soutien des riverains. Ni police, ni charité : les migrants cherchent juste un toit pour s’organiser et survivre. À l’image de Yacoub, Achraf et Ismaël, arrivés en France il y a quelques mois.

Nous les recevons aujourd’hui à l’intérieur de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, avec Benjamin Stora, historien et président du conseil d’orientation de cette Cité.


Les différentes séquences de l’émission
01. Vos messages sur le répondeur

01. Vos messages sur le répondeur

Quelques messages parmi ceux que vous avez laissés sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.


02. La Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration

À Paris, l’ancien musée des Colonies abrite désormais la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration. Siège de l’Exposition coloniale en 1931, le Palais de la porte Dorée a remisé au placard les trésors pillés de l’Empire colonial pour faire place à des œuvres célébrant les différentes immigrations qui ont enrichi la France : Italiens, Polonais, Espagnols, Indochinois, Maghrébins, Maliens, Sénégalais... L’historien Benjamin Stora est devenu président du conseil d’orientation de cette Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration depuis 2014.

Le Palais de la Porte Dorée, qui abrite la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration

03. Ismaël

C’est la première fois qu’Ismaël raconte son histoire en détails. Même auprès de ses compatriotes et de ses compagnons du campement de la Chapelle, il était resté assez vague. Quand on entend son récit depuis le Soudan jusqu’à Paris, on comprend sa discrétion et son émotion. Le passage en Libye, l’esclavage, la traversée de la Méditerranée dans un bateau occupé, l’arrivée en Sicile, pour finir dans la rue à Paris. Sans aide des pouvoirs publics, les migrants comptent sur le soutien des riverains et citoyens comme Houssam El Assimi, du Comité de soutien des migrants de la Chapelle.

Au parc Éole, on s’organise (dessin : Laura Genz)

Yacoub, de Libye (dessin : Laura Genz)

04. Yacoub

Yacoub est arrivé il y a trois mois en Europe. Installé au départ sous le métro aérien de la Chapelle, il a connu la première évacuation du campement le 02 juin dernier. Évacuation motivée par les pouvoirs publics pour des raisons humanitaires et sanitaires.

Sauf qu’être ensemble, c’est le seul espoir pour ces migrants de survivre. Après quelques jours dans un hébergement temporaire, c’est donc dans le 18ème arrondissement que les migrants reviennent s’installer, pour être évacués une nouvelle fois par les forces de l’ordre. Au rythme de cinq fois depuis le début du mois de juin.


05. "Migrants" ou réfugiés ?

Benjamin Stora observe un glissement de vocabulaire : on ne dit plus des réfugiés, mais des "migrants". Comme si ces immigrés ne cherchaient pas refuge en Europe. Une manière de ne pas prendre en compte les raisons réelles qui poussent les gens à s’exiler, comme la guerre civile en Libye dont la France connaît pourtant bien l’origine. La solution pour Benjamin Stora : accepter l’arrivée de dizaines de milliers de réfugiés, qui fuient leurs pays et viendront coûte que coûte en Europe, quels que soient les discours et les politiques d’accueil des pays européens.


Musique :
- Merci maman, merci papa, par Agnès Bihl, accompagnée de Nathalie Miravette au piano, devant le public du Musée National de l’Histoire de l’Immigration
- Mais où est donc Ornicar, par Agnès Bihl
- Quand on voit ce qu’on voit, par Agnès Bihl

Merci à Benjamin Stora, Yacoub, Achraf, Ismaël et Houssam El Assimi.
Merci aussi à Saïda Banayad pour la traduction.

Et merci à Isabelle Pernin et à Nathalie Sultan de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration.

N’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

Présentation : Daniel MERMET
Réalisation : Franck HADERER et Guillaume GIRAULT
Répondeur : Stéphanie FROMENTIN
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.