Sur la piste des derniers Mohicans

LA VÉRITÉ SUR CHARLIE Abonnés

Le

S’il y en a un qui peut dire « Je suis Charlie », c’est lui. Lui c’est Cavanna, c’est lui qui a engendré toute cette jubilation, toute cette vraie subversion. C’est lui qui a été dépossédé et qui a été gommé sur la photo comme les indiens des plaines, comme les derniers des Mohicans. Voilà ce qui fait courir Denis Robert, voilà pourquoi avec sa fille il a fait ce film sur Cavanna et maintenant ce bouquin qui vient de sortir, Mohicans.

Cavanna n’était pas le seul. Il y avait Choron l’autre Mohican, et tous les autres, Reiser, Gébé, Cabu, Siné, Fournier, Delfeil de Ton, Wolinski et toute la bande d’Hara Kiri puis de Charlie dans les années 70. Tous ont reconnu le rôle fondamental et le talent généreux de François Cavanna.

Mais son nom ne fut guère évoqué lors des attentats de janvier dernier. On a bien peu évoqué ce Charlie là. D’autres se sont bousculés pour montrer leurs larmes devant les caméras. Il faut dire que Cavanna était mort un an avant, il avait pris les devants pour ne pas voir le dernier bal tragique. Mais s’il a été oublié c’est surtout que son cadavre devenait encombrant. Dans son tout dernier livre Lune de Miel avec une sorte de douleur douce et poignante il décrit le traitement humiliant de Philippe Val à son égard lors d’un festival de Cannes. Mais il résiste. « Jusqu’à l’ultime seconde j’écrirai », dit Cavanna superbe. Et c’est ce qu’il a fait. Denis Robert l’a filmé à la fin de sa vie ; ses derniers jours. Le film a failli s’intituler « Cavanna 0,44% ». C’est le montant des miettes qui lui étaient versées, alors que Philippe Val s’octroyait une part de 60% du gâteau.

01. Introduction
Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.