Sur la piste des derniers Mohicans [radio 49’18]

LA VÉRITÉ SUR CHARLIE Abonnés

Le

S’il y en a un qui peut dire « Je suis Charlie », c’est lui. Lui c’est Cavanna, c’est lui qui a engendré toute cette jubilation, toute cette vraie subversion. C’est lui qui a été dépossédé et qui a été gommé sur la photo comme les indiens des plaines, comme les derniers des Mohicans. Voilà ce qui fait courir Denis Robert, voilà pourquoi avec sa fille il a fait ce film sur Cavanna et maintenant ce bouquin qui vient de sortir, Mohicans.

Cavanna n’était pas le seul. Il y avait Choron l’autre Mohican, et tous les autres, Reiser, Gébé, Cabu, Siné, Fournier, Delfeil de Ton, Wolinski et toute la bande d’Hara Kiri puis de Charlie dans les années 70. Tous ont reconnu le rôle fondamental et le talent généreux de François Cavanna.

Mais son nom ne fut guère évoqué lors des attentats de janvier dernier. On a bien peu évoqué ce Charlie là. D’autres se sont bousculés pour montrer leurs larmes devant les caméras. Il faut dire que Cavanna était mort un an avant, il avait pris les devants pour ne pas voir le dernier bal tragique. Mais s’il a été oublié c’est surtout que son cadavre devenait encombrant. Dans son tout dernier livre Lune de Miel avec une sorte de douleur douce et poignante il décrit le traitement humiliant de Philippe Val à son égard lors d’un festival de Cannes. Mais il résiste. « Jusqu’à l’ultime seconde j’écrirai », dit Cavanna superbe. Et c’est ce qu’il a fait. Denis Robert l’a filmé à la fin de sa vie ; ses derniers jours. Le film a failli s’intituler « Cavanna 0,44% ». C’est le montant des miettes qui lui étaient versées, alors que Philippe Val s’octroyait une part de 60% du gâteau.

01. Introduction
Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 60 €. Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
-  les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
-  ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Zoom

Les Rendez-vous des Repaires

  • Lons le saunier

    Lundi 1er juin, venez découvrir une poésie-action de Marguerite Bobey au Léonz’Café à partir de 20h. Ensuite, nous débattrons de la place de la culture dans les luttes sociales.

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Grenade-sur-Garonne

    Philippe Dubrulle, membre du MFRB (Mouvement Français pour un Revenu de Base), présentera l’histoire de ce concept, et son actualité (aux Pays-Bas, en Finlande, et peut-être bientôt en Suisse et en France). Cette présentation sera l’occasion d’aborder les différents projets de société qui sont proposés (...)

    Grenade sur Garonne

  • Nîmes

    Comment fait-on la différence entre un terroriste ou un résistant ? Pour ce nouveau café repaire, nous aimerions que chacun arrive en ayant réfléchi à ce thème, pour expliquer en quelques phrases ce qu’il pense de ces questions. Venez nombreux le 8 juin à partir de 19 heures à la London Tavern. Et (...)

    Nîmes
    24 Boulevard Amiral Courbet

  • Tousson

    Tant que les lapins n’avaient pas d’historiens, l’histoire était racontée par les chasseurs. Avec l’énorme succès de son livre Une histoire populaire des Etats-Unis, Howard Zinn a changé le regard des Américains sur eux-mêmes. Zinn parle de ceux qui ne parlent pas dans l’histoire officielle : les (...)

    Tousson

  • Tousson

    Un groupe d’habitués de la Tête des Trains invite l’historienne Janine Ponty. Spécialiste de l’immigration polonaise, elle présentera Polonaises aux champs, recueil de lettres de femmes immigrées qui ont travaillé dans les campagnes françaises de 1930 à 1955. Cette conférence sur cette période peu connue (...)

    Tousson

Dernières publis