Soutenons la lutte des riches contre les pauvres ! Chronique Didier PORTE [RADIO 08’15]

VITE, SAUVONS LES RICHES ! Dans le 16ème, ils sont menacés par les SDF et les migrants !

Le

JPEG - 91.4 ko
Le Maire du 16ème arrondissement, Claude Goasguen

Faucille et marteau en main, la mairie socialo-communiste de Paris va construire un centre d’hébergement à la lisière du bois de Boulogne pour des réfugiés. Un cauchemar ! Cette vermine va se multiplier et va grouiller partout. Comme dit cette ancienne journaliste de France Inter, citée par Le Monde : « ce site pour SDF va faire tomber le prix de mon appartement. »

Au secours, le bois de Boulogne va devenir un vaste bidonville comme le jungle de Calais, et les habitants vont devoir survivre entourés de barbelés contre ces voleurs et ces violeurs. Si vous ne voulez pas que Paris ressemble à Bombay, il faut se battre, camarades riches ! Alors, tous ensemble, tous ensemble, ouais, ouais ! Qui a dit qu’il n’y a plus de lutte de classe ? On lâche rien, on lâche rien, on lâche rien !

VITE, SAUVONS LES RICHES !
C’était dans LÀ-BAS Hebdo n°37, « NOS ADVERSAIRES NE SONT QUE 紙老虎 », notre émission du 26 février 2016 à (ré)écouter ici.
Et ne manquez pas l’insurrection des riches lors de la réunion publique du 14 mars 2016 (FRANCE 3) :

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

chronique : Didier PORTE
préparation : Pierre-Yves BULTEAU

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

Voir aussi

- Colère dans le 16ème, un reportage de Rémi Douat, réalisé par Emmanuel Geoffroy, pour Les Pieds sur terre du 18 février 2016

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.