Gérard MORDILLAT

Rions un peu avec Finkie !

Le

Gérard MORDILLAT : rions un peu avec Finkie !
par Là-bas si j'y suis

Alain FINKIELKRAUT à l’Académie française ! C’était le 28 janvier dernier : une consécration, un aboutissement, une revanche, pour celui qui a si longtemps été victime de la pensée unique, de la doxa, bref du système, comme il l’a lui-même souligné dans son discours d’intronisation :

« S’appeler Finkielkraut et être accueilli parmi vous au son du tambour, c’est à n’y pas croire. Ce nom d’ailleurs, je ne l’ai pas toujours porté au complet. Pour simplifier la vie des professeurs, pour ne pas affoler le personnel administratif, et pour éviter à mes condisciples la tentation d’une plaisanterie facile sur la dernière syllabe, mes parents ont obtenu qu’à l’école ou au lycée je me fasse appeler Fink ou Finck. »

Gérard MORDILLAT veut rendre justice à « Finkie », plus qu’un philosophe, un amuseur public, trop souvent maltraité par la plupart des médias.

C’était dans LÀ-BAS Hebdo n°33, « NOUS SOMMES TOUS DES GOODYEAR ! », une émission du 22 janvier 2016 à écouter en intégralité en cliquant ici.
chronique : Gérard MORDILLAT
présentation : Daniel MERMET
réalisation : Jeanne LORRAIN & Jonathan DUONG
son : Jérôme CHELIUS

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !

Avec Yann Augras, de la CGT, depuis l’usine GM&S Industry Les GM&S mettent le feu dans l’usine Écouter

Le

« Suite aux négociations catastrophiques avec la cellule de crise mise en place par le gouvernement, les salariés on décidé de hausser le ton et de mettre le feu dans l’usine. » C’est le communiqué des 277 salariés de GM&S Industry, sous-traitant de Renault et PSA Peugeot, en lutte depuis six mois, qui avaient menacé de faire sauter leur usine.