A lire dans le Monde Diplo

"That’s life", la vie mode d’emploi

Le , par L’équipe de Là-bas

PNG - 181.3 ko
Mathieu Gallet, le PDG de Radio France, à Canal +, le 19 novembre 2014 : "That’s life"

L’équipe de Là-bas vous signale cet article paru sur le site du Monde Diplomatique.

"Attendre pour attaquer une personnalité publique qu’elle ne dispose plus des moyens de répondre : c’est à ce genre de bravoure qu’on reconnaît l’impertinence de Canal Plus et de son présentateur vedette Yann Barthès, animateur du « Petit journal »".

PNG - 12.3 ko

Le Monde Diplomatique, par Pierre Rimbert, samedi 22 novembre 2014

Le 19 novembre, l’émission promotionnelle reçoit Mathieu Gallet, président de Radio France et, le hasard faisant bien les choses, ancien cadre de la chaîne cryptée. Les sujets brûlants ne manquent pas : projet de loi gouvernemental visant à dynamiter les règles anticoncentration dans les médias, dérive élitiste de France Inter, une station toujours plus encline à célébrer le milieu parisien de l’art et de la culture aux dépens des problématiques économiques et sociales (lire « Rapprocher le micro de la fenêtre »), conditions litigieuses de la nomination de M. Gallet à la tête de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) en 2010, une entreprise placée sous la tutelle administrative du ministère de la culture et de la communication d’où sortait justement M. Gallet.

Mais Barthès choisit l’audace. Et, après avoir interrogé son invité sur son élection au titre d’homme de média le plus sexy de l’année par un magazine, il enchaîne sur un quiz consistant à reconnaître des grandes voix de la radio. Défilent alors celle de Patrick Cohen lançant la matinale de France Inter, puis celle du présentateur météo Joël Collado annonçant « un temps très ensoleillé, très agréable », aussitôt identifiées par leur patron. Mais au troisième extrait, il n’est plus question de badinages anodins. Un timbre bien connu des auditeurs de la station publique prononce les mots suivant, extraits de tout contexte : « Petit noyau d’ultra-sionistes français qui n’en finissent pas de s’exciter pour imposer, non sans succès, un véritable terrorisme intellectuel sur ce sujet. »

M. Gallet grimace à l’écoute de l’expression « ultra-sioniste » et botte en touche : « Je sèche ».

— « C’est Daniel Mermet, plastronne Barthès, voix mythique de France Inter depuis 1989 avec son émission “Là-bas si j’y suis”. Viré cet été. »

Le montage est astucieux, à l’instar des trucages et manipulations régulièrement déployés dans cette émission [1]. A entendre l’extrait qui se veut polémique, il ressort que le PDG de Radio France a écarté un animateur tenant des propos sulfureux. Plutôt que de devoir s’expliquer sur la suppression d’une des rares émissions de reportage international de la radio publique, l’ex-collègue de Barthès apparaît tout à son avantage.

— « That’s life » [« C’est la vie »], conclut M. Gallet à propos du licenciement de Mermet, comme s’il s’agissait non pas d’une décision politique mais d’un souffle divin.

— « That’s life », reprend Barthès, qui vogue déjà vers d’autres insignifiances.

Et l’on perçoit soudain dans cette communion entre les deux jeunes compères, l’un animateur de télévision privée, lui-même patron de son entreprise de production, l’autre PDG de la radio publique, nommé là comme pour monter une marche de plus sur l’escalier du succès, le précipité presque chimiquement pur du cynisme branché.

Grâces leur soient rendues : c’est à eux que l’on doit le discrédit croissant des médias dominants.

Pierre Rimbert

PNG - 12.3 ko

Lire l’article sur le site du Monde Diplomatique

Lire aussi :

Rapprocher le micro de la fenêtre

Les médias, gardiens de l’ordre social

Penser est un sport de combat

Notes

[1Lire Mathias Reymond,« Les gros bidouillages du « Petit Journal » de Canal + », Acrimed, 27 février 2012.

Les Rendez-vous des Repaires

  • La violence s’exerce tous azimuts. Entre les États, les peuples ou les communautés bien sûr, mais aussi dans tous les rapports humains et sociaux : dans le monde du travail, dans celui des médias, de l’éducation, du sport, de la famille… Histoire de domination sociale diront les uns, histoire de nature (...)

    Angers

  • "Revenu de base, revenu minimum, revenu inconditionnel, revenu d’existence, salaire à vie..." Ce sera le menu du prochain café repaire organisé conjointement par ATTAC 17 et le Centre d’Animation et de Citoyenneté de Surgères. Nous nous retrouverons mercredi 18 janvier au Café Français de Surgères, à (...)

  • L’accusée « Parti Socialiste » est déjà en état de mort cérébrale, Aude Lancelin parle même d’un PS en voie de putréfaction ; mais nous, citoyens atterrés, ne reculons pas devant l’ignominie ! Nous mettons en procès le « Parti socialiste ». La dictature des marchés ? La libre circulation des marchandises à (...)

    Nice

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.