Lire délivre

Lire délivre

LES BOUQUINS DE LA-BAS.
Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

La sélection

Nos nouveautés

Humour et fiction

  • Aden Arabie

    Paul Nizan (La Découverte, 2015)

    « J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie » écrivait Paul Nizan dans une rage qui nourrit ce petit livre célèbre. Récit de voyage, essai, pamphlet, il met en scène un jeune homme que tout menace de ruine, l’amour, les idées, la perte de sa famille, l’entrée dans le monde. Jean-Paul Sartre qui en fit sa préface écrivait : « Nizan, c’était un trouble-fête. Il appelait aux armes, à la haine : classe contre classe, avec un ennemi patient et mortel, il n’y a pas d’accompagnement, tuer ou se faire tuer : pas de milieu. Et ne jamais dormir. Il avait répété toute sa vie, avec sa gracieuse insolence, le regard baissé sur ses ongles : ne croyez pas au père Noël ». Promis.

  • Le Talon de fer

    Jack London (Libertalia, 2016)

    S’il est un livre qui appartient au patrimoine mondial de l’anticipation, c’est bien Le Talon de fer. Jack London imagine une révolution socialiste où les révoltes ouvrières, les grèves générales, sont étouffées par une impitoyable répression rationnelle et standardisée, et ce grâce à l’alliance entre les riches et les aristocrates du syndicalisme. En imaginant la société future des Etats-Unis, il la pousse jusqu’à sa forme extrême, le fascisme.
    Ce classique de la révolte est aussi une histoire d’amour et une formidable description de la misère sociale de la classe ouvrière nord-américaine, qu’il appelle à la révolution armée comme le remède à la destruction du peuple voulue par l’oligarchie capitaliste.

  • L’enfant, le bachelier, l’insurgé

    Jules Vallès (Omnibus, 2006)

    Pour avoir soutenu la Commune - « cette révolte qui fut la grande révolution des douleurs » -, Jules Vallès sera condamné à mort par contumace par les Versaillais, en juillet 1872. L’exil à Londres auquel il est contraint transformera le journaliste du Cri du peuple en un véritable écrivain reconnu et prolixe. Dans cette trilogie romanesque quasi autobiographique, Jules Vallès se fait le porte-parole des humbles face aux conventions de son siècle : l’enfant écrasé par une éducation obtuse, l’étudiant miséreux à la vie de bohème, puis l’insurgé des barricades de la Commune de Paris. Telle est la vie de Jacques Vingtras, dont le destin est placé sous le même signe que celui de Jules Vallès : celui de la révolte.

  • Le cri du Peuple

    Jacques Tardi, Jean Vautrin (Casterman, 2011)

    Les livres sur la Commune ne manquent pas. Celui-ci est unique. En quatre volumes, les dessins en noir et blanc de Jacques Tardi et le texte de Jean Vautrin adapté de son roman éponyme, vous emmèneront dans les rues de Paris secoué par les évènements de 1871, porteurs d’utopie et d’espoir qu’une « Semaine sanglante » finit par anéantir. On suit des personnages fictifs comme le Capitaine Tarpagnan, Grondin, un ancien bagnard, Hippolyte Barthélémy, un policier carriériste. On croise le peuple de Paris, sa gouaille et ses chansons, des personnages réels, Courbet, Clémenceau, Louise Michel et Jules Vallès. On assiste à la destruction de la colonne Vendôme et à celle de L’Hôtel de ville. On y rêve de justice sociale, de fraternité et de liberté à en mourir. Avec ces livres illustrés, revient le Temps des cerises.

  • La ferme des animaux

    George Orwell (Gallimard Folio, 1984)

    Pendant le sommeil des fermiers, les animaux prennent le pouvoir et constituent une société égalitaire. Les cochons dirigent le nouveau régime. Au début, tout va bien. Le temps passe et l’utopie devient cauchemar. À « Tous les animaux sont égaux » iscrit dans le réglement initial, il a été rajouté « mais il y en a qui le sont plus que d’autres ». Une formule célèbre empruntée par Coluche. Publié en 1945, ce petit livre était en fait une satire féroce du régime soviétique. Même si le totalitarisme a changé de masque, Il faut lire et relire Orwell. L’auteur préféré de Là-bas.

Histoire

  • Les balles du 14 juillet 1953

    Daniel Kupferstein (La Découverte, 2017)

    Il est des amnésies coupables. Il était temps que Daniel Kupferstein, réalisateur et documentariste, rappelle à nos mémoires un drame oublié pendant un demi-siècle : le massacre par des policiers français de nationalistes algériens célébrant la fête nationale à Paris. Six morts plus un militant CGT, des dizaines de blessés par balles tirées froidement par les forces de l’ordre. Ce livre de témoignages raconte aussi comment a été mis en place un incroyable mensonge d’état pour faire disparaitre cet évènement sanglant, tant en France qu’en Algérie. Une occultation qui joua un rôle dans le déclenchement par le FLN de la guerre de libération, un an plus tard, en novembre 1954.

  • Années de rêves et de plomb. Des grèves à la lutte armée en Italie (1968-1980)

    Alessandro Stella (Agone, 2016)

    Alberto, Angelo, Antonietta, Lorenzo. Quatre militants l’Autonomie Ouvrière, quatre jeunes qui rêvaient de futur, de Révolution et d’un monde meilleur. C’est à eux, enterrés à la va-vite en 1979 dans l’Italie du Nord, que ce livre est dédié. Pour leur redonner un nom et une histoire, cet essai revient sur la longue histoire des combats italiens, de mai 68, de Pinochet, de l’influence des Brigades Rouges, de la lutte armée et de ses limites, des années de plomb et de leur récit officiel. Alessandro Stella qui a été membre de l’Autonomie Ouvrière revendique en écrivant ces pages le droit de se souvenir, la nécessité de perpétuer un combat pour une société plus juste. Et de donner une autre version que celle construite par le pouvoir italien et placée sous le signe de la peur des « terroristes ».

  • Les luttes et les rêves, une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours

    Michelle Zancarini-Fournel (Zone, 2016)

    L’histoire de France ne se limite ni à « nos ancêtres les Gaulois » et ni à l’hexagone. Elle n’est pas non plus écrite que par ceux d’en haut, ceux qui gouvernent, qui décident, gagnent et remplissent les livres de leurs exploits de vainqueurs. Michelle Zancarini-Fournel, professeur émérite à l’université Lyon I, spécialiste d’histoire contemporaine le sait, qui a consacré sa vie de chercheuse aux résistances populaires. Cette histoire France qu’elle vient d’écrire est celle des classes populaires et des opprimés de tous ordres, celle « de leurs accommodements, de leurs résistances à l’ordre établi et aux pouvoirs dominants, leurs luttes et leurs rêves ». Elle raconte aussi les colonisés et les migrants accueillis à « bras fermés. Le champ est large pour Michelle Zancarini-Fournel qui commence son livre en 1685, année de l’adoption du Code Noir qui régit l’esclavage et de celle de la révocation de l’édit de Nantes. Une date comme point de départ à cette somme de lutte et de rêves, afin de décentrer le regard, c’est-à-dire choisir de s’intéresser aux hommes et femmes « sans nom », aux minorités et aux subalternes.

  • Le premier congrès des peuples d’Orient, Bakou 1920. Verbatim des sept jours de débat

    (La Brèche, 2016)

    En septembre 1920, à Bakou, la capitale de la toute nouvelle république socialiste de l’Azerbaïdjan, se tient le premier congrès des peuples de l’Orient. Deux mille délégués venus de toute l’Asie centrale et de Moscou bien-sûr, débattent des problèmes posés par la Révolution d’Octobre et de la dynamique de la révolution permanente. Au programme : le rôle des femmes, du parti, des religions et particulièrement la musulmane, de l’internationalisme en actes, de l’alliance du prolétariat des pays industrialisés et des peuples opprimés… Il n’y aura pas de deuxième congrès, tous ceux qui ont porté le premier ont été assassinés d’un commun accord par Staline et les impérialismes. C’est pourquoi il faut lire ce livre qui avait été édité en 1921 par L’internationale Communiste et la Libération de l’Orient. Urgent et indispensable en ces temps de replis nationalistes.

  • Mélancolie de gauche

    Enzo Traverso (La Découverte, 2016)

    Professeur d’histoire intellectuelle à l’université Cornell d’Ithaca (New York), Enzo Traverso développe un long et captivant questionnement : quel est le rapport entre histoire et mémoire. L’occasion de redécouvrir la mélancolie de gauche qui, comme un fil rouge, traverse l’histoire révolutionnaire, d’Auguste Blanc à Walter Benjamin, de Louise Michel à Rosa Luxembourg. D’où le sous-titre à cet ouvrage riche en iconographie : la force d’une « tradition cachée » (XIXe-XXIe siècle).

Biographie

  • Misère de l’espace moderne. La production de Le Corbusier et ses conséquences

    Olivier Barancy (Agone, 2017)

    Le Corbusier : un imposteur doublé d’un fasciste bon teint. Bon, ça on le sait. Le plus grave que démontre Olivier Barancy, architecte et auteur de cette enquête fondée sur l’analyse de la production bâtie ou théorique de Le Corbusier, c’est une oeuvre catastrophique, des projets au caractère totalitaire et une misère spatiale engendrée de son vivant jusqu’à aujourd’hui. Modèle des architectes de l’après-guerre qui ont couvert la France de béton, son monde cauchemardesque qu’il voulait édifier, fait les affaires des bureaucrates russes et chinois.

  • Hadjira, la ferme Ameziane et au-delà…

    Claire Mauss-Copeaux (Les Chemins du présent, 2017)

    « Écrire ce qui a fait ma vie ». Il lui en a fallu du temps à Hadjira pour qu’elle se souvienne de sa jeunesse à Constantine, ose écrire son combat pour l’indépendance de l’Algérie, cette ferme Ameziane transformée en Centre de renseignement et d’action par les militaires français. C’est là que la veille de ses vingt et un an, elle a été amené avec d’autres suspects. Et torturée. Une souffrance qu’elle a vécu et gardé secrète pendant plus de cinquante ans. Elle en témoigne désormais. Pour ses proches, pour l’Histoire.

  • Je vous rends ma médaille

    Michel Ferchaud (Les Savoirs Inédits, 2016)

    Il a fait la guerre d’Algérie, Michel. Il a sauvé des soldats et des populations. Il a eu une médaille pour cela, valeur militaire avec étoile de bronze. Mais Michel Ferchaud n’en veut plus de cette breloque dont on l’a honoré et qui n’est que le mauvais souvenir d’une guerre qui a sali ses vingt ans. Depuis, il a la rage et le raconte dans un livre où se mêlent musique et chansons, les gens simples, la Loire et les ébénistes parisiens du faubourg du temple. C’était une époque. Celle de beaucoup de nos pères et grands-pères. De petites histoires pour écrire la grande.

  • André Gorz, une vie

    Willy Gianinazzi (La Découverte, 2016)

    Il était urgent de retracer la vie et la pensée d’André Gorz, rédacteur aux Temps modernes, journaliste à l’Express et fondateur du Nouvel Observateur, penseur existentialiste, anticapitaliste, artisan de l’écologie politique et de la décroissance. Willy Gianinazzi s‘est attelé avec bonheur et pertinence au portrait de cet humaniste qui croyait qu’un autre monde était possible. Cette première biographie à la croisée de la littérature, de la philosophie et du journalisme est aussi l’occasion revisiter un demi-siècle de vie intellectuelle et politique. Un hymne à la liberté.

  • Une traversée de Paris

    Eric Hazan (Le Seuil, 2016)

    Au fil de la marche à travers les rues de Paris, surviennent des souvenirs. Fragments du passé très lointains, à la frontière de l’oubli, réactivés par la traversée de la capitale, du sud au nord, d’Ivry à Saint-Denis. Cette ligne entre l’ouest et l’est, comme un méridien capital, Éric Hazan avait cru la dessiner sans réfléchir. En fait, le hasard n’y est pour rien : ce tracé suit les méandres de sa propre existence.

Médias

  • Journaliste, syndicaliste, communiste. Trente-sept ans d’un combat dans l’audiovisuel

    Jean-François Téaldi (Tirésias-Michel Reynaud, 2017)

    C’est une histoire de l’audiovisuel français comme on ne vous l’avait jamais racontée, celle vue à travers le témoignage d’un journaliste qui a participé à toutes les discussions sociales importantes qui contribuèrent à assurer sa pérennité. Le récit de Jean-François Téaldi fourmille d’anecdotes inédites où l’on comprend qu’« il n’a pas été facile d’être communiste dans une télévisions publique longtemps contrôlée par le pouvoir politique » comme l’écrit l’ancien président de France télévisions, Hervé Bourges dans la préface à cet ouvrage de près de 400 pages. On croise également Jacques Médecin, Christian Estrosi, Bernard Tapie, Jean-Marie Le Pen, Jean-Luc Mélenchon ou encore Nicolas Sarkosy. On apprend aussi comment se sont menés en interne les nombreux combats pour la défense des droits au travail.

  • Pour aboutir à un livre

    Eric Hazan (La Fabrique, 2016)

    « La fabrique d’une maison d’édition ». Le sous-titre de ce petit livre est on ne peut plus clair. On vous raconte les différentes étapes de l’édition, on vous décrit des acteurs – auteur, maquettiste, correcteur, imprimeur, diffuseur-, on vous présente le metteur en scène, celui qui porte le nom d’éditeur. Ce livre raconte aussi une aventure forcément folle « faite d’hésitations et de cahots, de bonheurs et de rencontres précieuses ». Éric Hazan en est le récitant. Il sait de quoi il parle puisqu’il dirige depuis presque vingt ans La fabrique, sa maison d’édition toujours soutenue par le désir collectif de subvertir à l’ordre établi.

  • Ma vie au poste. Huit ans d’enquête (immobile) sur la télé du quotidien

    Samuel Gontier (La Découverte, 2016)

    Journaliste à Télérama, chroniqueur, Samuel Gontier a regardé tous les jours la télé. Il a tenu huit ans ! Verdict ? Coupables, forcément coupables ces programmes qui occupent la majorité du temps d’antenne est aux antipodes des valeurs de rigueur dans le traitement de l’information et de respect de la dignité de la personne humaine. A le lire ces chroniques édifiantes, la télé est simpliste, sexiste, raciste, démagogue, servile. Mieux vaut en rire qu’en pleurer.

  • Mohicans

    Denis Robert (Julliard, 2015)

    "C’est l’histoire de deux êtres rares : Cavanna et Choron. C’est l’histoire d’un premier journal, puis d’un deuxième, d’un troisième : tous créés par une bande de kamikazes, ivres de liberté et bourrés de talent. Ces journaux ont amusé, éclairé, ouvert les yeux et les esprits de deux ou trois générations de lecteurs, de citoyens, d’électeurs, de journalistes. Hara-Kiri mensuel, Hara-Kiri hebdo, La Gueule ouverte, Charlie Mensuel et le dernier : Charlie Hebdo... 1960-1985 : vingt-cinq années d’insolence, d’humour, de spontanéité et de subversion. L’époque étant ce qu’elle est, ces journaux fougueux qui sentaient le foutre, la sueur, l’alcool, la liberté sont devenus des marques. C’est l’histoire de la dilapidation d’un héritage. Une histoire tumultueuse, magnifique, triste et honteuse. À mes yeux, elle est exemplaire".

  • Médias : le peuple n’est pas condamné à TF1

    Vincent Goulet (Textuel, 2014)

    Les optimistes sont fous mais les fous ont souvent raison. Vincent Goulet, sociologue et spécialistes des médias et pratiques culturelles, fait partie de ceux qui assurent que « non, les médias ne sont pas des entreprises aux mains d’intérêts économiques et politiques destinés à abrutir les masses ». Pour nous, à Là-Bas, c’est une évidence, incarnée, démontrée, réalisée chaque jour. Mais cela va mieux en le disant.

Politique

  • En quel temps vivons-nous ?

    Jacques Rancière (La Fabrique, 2017)

    Que se passe-t-il dans une « démocratie » où l’on peut obtenir les pleins pouvoirs avec le soutien d’à peine plus de 10% du corps électoral ? Une abstention écrasante que celle observée aux dernières législatives doit-elle inquiéter, ou est-elle au contraire la prémisse d’un inévitable changement de régime ? Avec le philosophe de la politique Jacques Rancière, difficile de se raconter des histoires. Le regard est sans illusion, la lucidité dérange parfois. En quel temps vivons-nous ?, Conversation avec l’éditeur Éric Hazan, n’hésite pas à s’en prendre aux idées reçues confortables d’une certaine gauche. Contrairement à toute une mouvance anar, Jacques Rancière ne voit pas dans le désinvestissement des électeurs les signes annonciateurs d’un effondrement du système. Il ne voit nulle insurrection venir pour demain. Il ne voit pas non plus les « jours heureux » au bout de la 6ème République. Est-ce à dire que plus rien de bon ne peut encore venir aujourd’hui des urnes, ou même de la rue ?

  • L’illusion du bloc bourgeois

    Bruno Amable, Stéfano Palombarini (Raisons d’agir, 2017)

    Un petit livre essentiel pour quiconque veut s’y retrouver aujourd’hui au milieu de cette recomposition du paysage politique français qui déboussole énormément d’électeurs et surexcite beaucoup de commentateurs.
    On y comprend notamment à quel point Emmanuel Macron réalise tout ce dont les cadres dirigeants du PS rêvaient depuis une quarantaine d’années : une espèce de cinquante nuances de libéralisme déguisée en appel au « camp de tous les sages », selon l’expression consacrée.

  • Construire un peuple

    Chantal Mouffe, Íñigo Errejón (éditons du Cerf, 2017)

    Alors qu’une nouvelle page de la Vème République est entrain de s’écrire, que les débats s’enflamment dans le contexte historique inédit qui est le nôtre, il est un livre nécessaire pour penser une nouvelle forme d’action politique : le dialogue entre Íñigo Errejón, cofondateur de Podemos, et Chantal Mouffe philosophe, enseignante de la théorie politique à l’université de Westminster à Londres et proche de Podemos. Tous deux dessinent les perspectives théoriques et stratégiques indispensables à la refondation de la gauche sur le vieux continent. En repartant des expériences populaires en Amériques latine et de Syriza, ils identifient les opportunités et les dangers qui se présentent aux peuples, à la démocratie confisquée par les oligarchies et aux gauches de la transformation. Repenser la politique pour construire un peuple.

  • Les mots piégés de la politique

    Philippe Blanchet (Textuel, 2017)

    Laïcité, radicalisation, incivilités, communautarisme, Je suis Charlie… Prof de sociolinguistique à l’université Rennes 2, Philippe Blanchet déjoue les pièges que comportent l’utilisation de ses mots détournés de leur sens sous couvert de défense de la République. Il s’agit de mettre à jour l’endoctrinement et la propagande implicite distillés dans les discours politiques et les fameux « éléments de langage ». Parce qu’on le sait bien, mais il n’est jamais trop de le redire, voire de le marteler, le pouvoir est aussi une question de langue, de discours et de vocabulaire.

  • Les candidats du système, sociologie du conflit d’intérêts en politique

    Nicolas Framont (Le bord de l’eau, 2017)

    Anti-système. Le mot est à la mode chez les politiques qui s’en réclament pensant séduire un électorat qui n’en peux plus. Mais que veut dire exactement cette expression ? Qui sont ceux qui se proclament candidats anti-système ? Le sociologue Nicolas Fremont décrit ces opportunistes bien loin du peuple qu’ils promettent de défendre. Pour sourire, allez à la page 57, au paragraphe L’audace sourit aux fortunés : le cas Macron. Ou encore page 66 : le poids croissant des technocrates dans la vie publique : « la fusée Macron ». Et un dernier pour la route pour nous rafraîchir la mémoire après les présidentielles, p.95, Macron chez les ch’tis.

Économie et Finance

  • L’Empire de l’or rouge

    Jean-Baptiste Malet (Fayard, 2017)

    Où sont passées les tomates ? Comment sont-elles cultivées et par qui ? Quelles convoitises suscitent-elles ? Le journaliste, dans une périlleuse enquête où l’on trouve des Chinois, des mafias, des migrants et des additifs suspects, est remonté à la source de l’or rouge. Une histoire du capitalisme à la sauce tomate.

  • Bernard Maris expliqué à ceux qui ne comprennent rien à l’économie

    Gilles Raveaud (Les Échappés, 2017)

    Illustré par Coco, Juin, Félix, Riss, Vuillemin et Willem, les dessinateurs de Charlie, ce livre est un hommage à l’économiste iconoclaste, le prof de fac de Paris VIII-Saint Denis, assassiné le 7 janvier 2015. Gilles Raveaud, son ancien élève devenu collègue et ami, retrace à la vie et l’approche économique de Bernard Maris. Ces pages précises et simples, drôles parfois permettront aux inquiets ou récalcitrant de se familiariser avec cette discipline et de comprendre que l’économie peut être bien autre chose que celle assénée par une élite d’initiés qui, en brouillant pistes et chiffres, permettent à l’ultralibéralisme de prospérer. C’est « L’économie de Bernard Maris pour les nuls ».

  • Nouvelles mythologies économiques

    Éloi Laurent (Les Liens qui libèrent, 2016)

    « Loi travail », impératifs de « flexibilité » et de « compétitivité », « règles européennes aux quelles il faut se conformer », « adaptation de notre modèle social », « transition énergétique ruineuse ». Dans ce petit livre, Eloi Laurent, économiste critique, enseignant à Sciences-Po et à Stanford démolit une quinzaine de mythologies économiques que le pouvoir donne pour des vérités scientifiques mais qui ne sont en fait que les préjugés idéologiques.

  • L’Avenir du capitalisme

    Bernard Maris (Les Liens qui libèrent, 2016)

    Bernard Maris, alias « Oncle Bernard » dans Charlie-Hebdo, fait partie des huit victimes assassinés le 7 janvier 2015 par les frères Kouachi. Plus d’un an après la mort de cet économiste épicurien, son ami le philosophe Dominique Lecourt publie, en forme d’hommage, la conférence qu’il avait prononcée à l’Institut Diderot en 2010. Bernard Maris y analysait les fondements et l’esprit du capitalisme et posait cette question : sommes-nous irrémédiablement condamnés à l’homœconomicus ou bien capables d’autres formes de vie ?

  • Imperium

    Frédéric Lordon (La Fabrique, 2015)

    Impérium. En titrant ainsi son ouvrage de réflexions politiques, Frédéric Lordon reprend le concept développé par Spinoza pour qui l’imperium est « ce droit qui définit la puissance de la multitude ». L’occasion pour le philosophe, directeur de recherche au CNRS et initiateur de Nuit Debout, en dépliant méthodiquement le sens et les conséquences de cet énoncé, de questionner l’avenir des idéaux comme l’internationalisme, le dépérissement de l’État, l’horizontalité radicale. D’où la nécessité de ne pas renoncer, comme le commande le conservatisme empressé, mais de faire obstinément du chemin.

Société

  • Working

    Studs Terkel (Ça et là, Amsterdam, 2010)

    Working est un recueil d’entretiens de soixante-dix personnes qui parlent de leur travail, des sentiments qu’il lui inspire, réalisés en 1974, par un des journalistes radio les plus connus aux Etats-Unis, Studs Terkel. Avec intelligence, pertinence, humour et gravité, ils racontent les conditions de leur vie laborieuse.
    Ces témoignages oraux ont été adaptés en bande dessinés. Dix-huit dessinateurs ont mis en images une sélection de vingt-huit récits : une serveuse, une fermière, un mineur et sa femme, un ouvrier agricole, un syndicaliste, un fossoyeur, une nourrice, un éboueur, un pianiste d’ambiance, un courtier, un coiffeur, un joueur de base-ball, un musicien de jazz, etc…À travers eux, se dessine un portrait de l’évolution du travail. Ils enrichissent l’histoire sociale de l’Amérique.

  • Le concert des puissants

    François Denord, Paul Lagneau-Ymonet (Raisons d’agir, 2017)

    Une enquête riche et édifiante autour du rapport entre le pouvoir et l’économie. Ils montrent que le pouvoir est avant tout le produit d’un arrangement institutionnel dans lequel l’ordre économique prime sur tous les autres.

  • Mariage gay à Tel Aviv

    Jean stern (Libertalia, 2017)

    Israël, ses gays et ceux d’ailleurs, l’homosexualité comme une stratégie marketing et politique de l’état hébreu, le pinkwashing pour camoufler la guerre, l’occupation, le conservatisme religieux et transformer Tel Aviv en une plaisante cité balnéaire. La formidable enquête menée par Jean Stern, journaliste à Libé et à la Tribune après avoir été un des fondateurs du GaiPied, nous montre l’envers du décor de ce soi-disant « mirage rose » orchestré par l’État Israélien. Édifiant et sinistre.

  • Confiscation. Des mots, des images et du temps

    Marie José Mondzain (Les liens qui libèrent, 2017)

    Comment redonner aux mots tous leur sens ? Comment lutter contre leur confiscation par la sphère politico-médiatique ? Marie José Mondzain, philosophe, directrice émérite au CNRS, poursuit dans cet ouvrage son analyse du rapport aux mots et à l’image, à leur signifiant et à leur détournement politique. Elle s’attèle au terme « radicalité » aujourd’hui à la “radicalisation" et à la "déradicalisation", aux gestes les plus meurtriers et plus fanatiques. Pour elle la radicalité fait appel, au contraire, au courage des ruptures constructives et à l’imagination la plus créatrice. Et elle se demande, comment rendre à la radicalité sa beauté virulente et son énergie politique ?

  • Le monde va beaucoup mieux que vous ne le croyez !

    Jacques Lecomte (Les Arènes, 2017)

    Arrêtez de tout voir en noir, de croire que tout est foutu. Lisez ce livre qui vous mettra du baume au coeur. Jacques Lecomte, président d’honneur de l’association française de psychologie positive, prof des sciences de l’éducation et de sciences sociales, publie des statistiques, des rapports internationaux pour dessiner un bilan sans appel : tout va bien mieux ! La démocratie est majoritaire dans le monde, la mortalité maternelle et infantile est divisée par deux, la variole est éradiquée, la couche d’ozone est reconstituée, le nombre d’homicides a baissé de 65 % en vingt ans. Pour un monde meilleur, une seule solution : l’optiréalisme.

Travail

  • Manifeste des œuvriers

    Bernard Lubat, Charles Sylvestre, Roland Gori (Actes sud, Les Liens qui libèrent, 2017)

    Alors que Macron légifère le travail à coups d’ordonnances, il est temps de lire ce petit livre salutaire écrit par un trio aussi génial que surprenant : un psychanalyste, un artiste, un journaliste. Ensemble, ils signent un manifeste qui rend hommage aux « œuvriers ». Qui sont-ils ceux que désigne ce mot énigmatique, poétique et engageant ? Ils sont ceux qui disent non à l’accablement du « travail en miettes », refusent les « productions standardisées » et se rebellent contre un monde glacial et désenchanté. Dans leurs activités, dans leur vie et « au travail », ils font oeuvre et la mettent en pratique. Faire oeuvre, pour eux, c’est aimer le travail bien fait dans l’amitié et le goût, gagner sa vie et la partager, renouveler la pratique, des métiers manuels et intellectuels, du geste le plus simple à l’exercice le plus savant. Œuvriers, levez-vous !

  • Changer d’avenir, réinventer le travail et le modèle économique

    Les économistes atterrés (Les Liens qui libèrent, 2017)

    Repenser l’idée même de la croissance, de l’ubérisation de la société, du délitement de la protection sociale, de la profondeur de la crise… Ce collectif d’économistes et de citoyens donnent les clefs pour comprendre le caractère systémique de la crise et propose d’entrer dans un nouveau monde. Les Economistes Atterrés qui s’inscrivent résolument dans la transition écologique, proposent d’autres organisations du travail pour renforcer la solidarité et combattre le précariat. Des idées, des idées et encore des idées pour nous sauver de l’orthodoxie néolibérale. Et donner de solides arguments pour batailler contre.

  • Vive l’entreprise ? Le code du travail en danger

    Gérard Filoche (Hugo et cie, 2015)

    Dans ce livre Gérard Filoche démonte tout d’abord les préjugés que l’on entend à tout-va sur le Code du travail (il est trop gros, il empêche d’embaucher, freine la compétitivité, etc.) pour ensuite explorer la vie au travail en France au début du xxIe siècle et, à travers 200 anecdotes illustrées, exemple après exemple, thème après thème, l’effectivité du droit du travail et sa déconstruction en cours. Il s’appuie pour cela sur son expérience syndicale et celle de son métier d’inspecteur du travail….

  • Comment résister aux lois Macron, El Khomri et Cie ?

    Gérard Filoche, Richard Abauzit (Le Vent se lève, 2013)

    Ce livre analyse les suites de l’ANI du 11 janvier 2013, des lois Sapin, Macron et Rebsamen, le projet de loi El Khomri, les rapports Combrexelle, Mettling, Badinter. Il est un antidote contre la propagande de ceux qui veulent réduire le « coût du travail » et œuvrent non pas pour réduire le chômage mais pour accroître les dividendes.

  • Que les gros salaires baissent la tête !

    Jean-Luc Porquet (Michalon, 2005)

    Les actionnaires veulent 15% de profit par an... c’est comme ça. Le problème, c’est que « c’est impossible à tenir à long terme, dans une société dont le taux de croissance est de 2% à 3%  ». La solution, pour les « pédégés  » ? «  Licencier, pressurer, délocaliser. » Pour eux, par contre, les recettes sont différentes...

Environnement et Santé

  • Ce qui compte vraiment

    Fabrice Nicolino (Les Liens qui libèrent, 2017)

    Peut-on inverser le courant si puissant de la destruction du monde ? s’interroge dans son nouvel essai, Fabrice Nicolino. Prenant cinq exemples fondamentaux, le journaliste blessé dans l’attaque de Charlie Hebdo, assure que l’espoir est la seule solution. Des idées neuves, le journaliste en a plein ses filets, à propos des campagnes françaises, de la « restauration des écosystèmes dans le monde », de la « situation des mers et de la pêche », du « si grand malheur des eaux vives », des « animaux, nos frères lointains », et de « la beauté du monde ». « (…) Vous avez le droit de préférer le poulet à la dioxine, le pain aux pesticides (…) Moi je choisis la vie et la beauté de coquelicots dans les champs de blé ».

  • Le cerveau endommagé

    Barbara Demeneix (Odile Jacob, 2016)

    Comment la pollution altère notre intelligence et notre santé mentale. Tel est le sous-titre de cet ouvrage scientifique qui s’attaque aux perturbateurs endocriniens. Biologiste, internationalement reconnue, médaille du CNRS pour l’innovation, Barbara Demeneix dresse la liste des effets dramatiques des produits chimiques sur le cerveau, le métabolisme, la reproduction. Effrayant. Le nombre d’enfants atteints de dérèglements hormonaux ne cesse d’augmenter ainsi que les désordres autistiques, les troubles de l’attention, l’hyperactivité. Pour elle, les capacités intellectuelles des générations futures seront sérieusement compromises. Il est urgent d’agir si on ne veut pas d’une humanité à qui il ne manquera que …l’intelligence. Ce livre est dense, documenté, rigoureux, parfois un peu trop technique. Il est indispensable.

  • La vérité sur vos médicaments

    André Grimaldi, Claire Hédon, Claire Le Jeunne, François Chast, Jean-François Bergmann (Odile Jacob, 2015)

    Les malades et leur entourage ne savent plus à quel saint se vouer. Qui croire ? Faut-il se méfier des médicaments ? Peut-on faire confiance à son médecin ? à son pharmacien ? Les responsables publics contrôlent-ils réellement l’industrie pharmaceutique ? Les experts sont-ils tous « achetés » ou « vendus » ? Consommons-nous trop de médicaments ? Comment s’y retrouver ?
    Résultat de l’expérience croisée de 32 spécialistes et de l’analyse d’essais cliniques d’envergure mondiale, ce livre apporte des réponses scientifiquement validées.

  • La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique

    Razmig Keucheyan (La Découverte, 2014)

    Face à la catastrophe écologique annoncée, les bonnes âmes appellent l’humanité à « dépasser ses divisions » pour s’unir dans un « pacte écologique ». Cet essai s’attaque à cette idée reçue. Il n’y aura pas de consensus environnemental. Loin d’effacer les antagonismes existants, la crise écologique se greffe au contraire à eux pour les porter à incandescence. Si vous voulez savoir où un stock de déchets donné a le plus de chances d’être enfoui aux États-Unis, demandez-vous où vivent les Noirs, les Hispaniques, les Amérindiens et autres minorités raciales. Interrogez-vous par la même occasion sur le lieu où se trouvent les quartiers pauvres… Ce « racisme environnemental » qui joue à l’échelle d’un pays vaut aussi à celle du monde…

International

  • Un chant d’amour. Israël-Palestine, une histoire française

    Alain Gresh (La Découverte, 2017)

    Alain GRESH est à la fois l’un des observateurs les plus engagés et les plus respectés sur le Moyen-Orient. Depuis longtemps il s’attache avec succès à expliquer cette histoire à un grand public. Cette fois, avec des dessins superbes d’Hélène ALDEGUER, « UN CHANT D’AMOUR » raconte le conflit israélo-palestinien sous l’angle de cette France qui abrite les communautés juives et musulmanes les plus importantes d’Europe.

  • La nouvelle question d’Orient

    Georges Corm (La Découverte, 2017)

    Georges Corm est historien et économiste. Il est également spécialiste du monde arabe auquel il a consacré de nombreux ouvrages. L’idée de son dernier essai est de faire comprendre les violences généralisées que connaissent un nombre grandissant des sociétés arabes depuis les années 2000, mais aussi le chaos et l’extension du terrorisme se réclamant de conceptions millénaristes de la religion musulmane dans de nombreux pays musulmans, en France, en Belgique et aussi aux Etats-Unis. Pour Georges Corm, il y a urgence à contextualiser, donner des clefs historiques, rappeler les débats, la rupture et la continuité de « la nouvelle question d’Orient ». Pour prendre conscience des causes qui ont conduit à ce « dérèglement de la raison ».

  • Un boycott légitime. Pour le BDS universitaire et culturel de l’État d’Israël

    Armelle Laborie, Eyal Sivan (La Fabrique, 2016)

    BDS pour Boycott Désinvestissement Sanctions. Soit une campagne internationale lancée en 2014 par 171 organisations non gouvernementales palestiniennes et relayée dans le monde entier, appelant à exercer des pressions économiques, académiques, culturelles et politiques sur Israël afin d’aboutir à la fin de l’occupation et de la colonisation des terres arabes, l’égalité complète pour les citoyens arabo-palestiniens d’Israël, et le respect du droit au retour des réfugiés palestiniens. Le DBS se concentre désormais sur une de ses composantes : les institutions universitaires et culturelles israéliennes.
    C’est pour lever des idées fausses à son sujet, le justifier et prôner le droit à l’exercer qu’Eyal Sivan, cinéaste israélien et Armelle Laborie, productrice de documentaires, ont signé cet essai. Entreprise pédagogique « défendre la liberté d’appeler au boycott ne va pas à l’encontre de la liberté critique ou de la liberté d’expression, il en fait partie » écrivent-ils. Entreprise de soutien également, à ceux – « amis et confrères palestiniens cinéastes, artistes architectes, chercheurs », mais aussi « collègues israéliens, acteurs dans les milieux culturels et universitaires » - qui reconnaissant que seules les pressions venant de l’étranger peuvent peser sur le gouvernement et réveiller la société israélienne. Ce livre leur est, de fait, dédié. En souhaitant la porter « la voix de ceux souffrant d’un isolement croissant », les deux auteurs espèrent inspirer confiance et courage. Et mobilisation.

  • Le Dernier Tabou. Les "harkis" restés en Algérie après l’Indépendance

    Pierre Daum (Solin Actes Sud, 2015)

    Dans cette enquête longue de deux ans, Pierre Daum, journaliste et spécialiste du passé colonial de la France, révèle que « la majorité des harkis, bien qu’ayant traversé une période effroyable après guerre, n’ont pas été victimes de massacres et ont continué, non sans difficultés évidemment, leur vie en Algérie ». Fort de soixante témoignages d’anciens supplétifs de l’armée française mais aussi d’anciens appelés et engagés algériens restés dans leur pays après l’indépendance, ce livre permet de rétablir une vérité – non, tous les harkis n’ont pas été massacrés par les égorgeurs de l’ALN - et de faire entendre ces voix qui se sont tues pendant cinquante ans.

  • Pensée et politique dans le monde arabe : contextes historiques et problématiques, XIX°-XXI° siècle

    Georges Corm (La Découverte, 2015)

    Cet ouvrage expose les multiples facettes de la pensée politique arabe depuis le XIXe siècle, inscrite dans la richesse d’une culture trop méconnue. Avec ce vaste panorama, vivant et érudit, Georges Corm atteste la vitalité de cette pensée et des grandes controverses qui l’ont traversée.
    Inscrivant l’œuvre de ces penseurs dans le maelström des bouleversements géopolitiques et socioéconomiques ayant marqué le monde arabe depuis deux siècles, il explique comment les puissantes hégémonies externes, militaires, académiques et médiatiques ont contribué à marginaliser la pensée critique arabe. Cela a facilité l’installation hégémonique de la pensée islamiste, instrumentalisée par certains régimes arabes comme par leurs protecteurs occidentaux.

Beaux livres

  • La pensée dure du grand timonier mou

    Collectif Invisible Line Piaille Haut (Librairie Tropiques, 2016)

    Des affiches de films, des timbres, des réclames, des tableaux, des unes, des jaquettes de livres, calendriers tous détournées, réinventés sur le mode du petit livre rouge de Mao. Le Collectif Invisible et la Fédération Française des Concours de Circonstances, avec le soutien de la Libraire Tropiques, se sont lancés dans un grand détournement où les visages, les titres et les légendes de l’époque ont été remplacés et détournés. On n’y voit pas le grand timonier chinois, mais François Mollande et toute la clique des hommes et femmes politiques d’aujourd’hui. Un travail de titan que ce livre, aussi pertinent qu’hilarant.

  • Nénètses de Sibérie, les Hommes debout

    Franck Desplanques, Jean-Pierre Thibaudat (Editions du Chêne, 2005)

    « Après quinze années de voyages réguliers à l’écoute des éleveurs de rennes, des pêcheurs, des chasseurs et des habitants des villages les plus isolés du grand nord de la Russie, le photographe Franck Desplanques nous livre images et témoignages, comme un hommage à ces hommes et à ces femmes qui, malgré la dureté de leur quotidien, les drames de leur vie, sont debout et fiers de vivre sur leur terre. »

  • Balkans-Transit

    François Maspero , Klavdij Sluban (Le Seuil, 1997)

    Un long récit de voyage au cœur de l’Europe. « C’est peut-être cela, le pari du voyage ? Au-delà des émerveillements ou des angoisses de l’inconnu, retrouver le sentiment d’être de la même famille. » Avec cette phrase d’un certain Lord Cadogan en exergue, « N’allez pas à l’étranger, c’est un endroit horrible. »

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.