Là-bas si j’y suite

Là-bas si j’y suite : vos messages du 30 juin

Le

Vendredi 27 juin, la nouvelle direction de France Inter a annoncé brutalement à Daniel Mermet, producteur délégué et animateur de "Là-bas si j’y suis", la suppression de l’émission.
Vous êtes très nombreux à nous soutenir.
Chers AMG, voici les messages de soutien que vous avez posté :
1- sur le site de France Inter (377 messages entre le 27 et le 30 juin)
2- sur notre page Facebook,
3- sur la-bas.org

Elma Ayonngir Rendez nous Daniel !!!
Hier, à 01:06

Sylvie Giuliani-Warzager :
Rendez nous Daniel Mermet !
Hier, à 07:51 ·

Oscar Barbès : Gardons Mermet.
Hier, à 09:32 ·

Arribas Miguel Salvador : Las bas on lâche rien,,...

Sur le site internet de France Inter :

Anonymephilippe
lundi 30 juin 2014 à 23:00

RETROCEDEZ NOUS "LA BAS SI J’Y SUIS" cette émission appartient à ses auditeurs et vous comettez donc un vol manifeste , alors ressaisissez vous

Guillaume
lundi 30 juin 2014 à 23:00

Je suis écoeuré. C’est quand les manifs ?

— -

Rosalie (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 23:00

Née en 1982 j’écoute l’émission depuis toujours, je suis malheureuse de cette décision et désespérée par cette société. C’est trop triste.

— -

Anonyme
lundi 30 juin 2014 à 23:00

Surprise totale pour moi. Je ne m’y attendais pas je suis un AMG,SMG et voilà c’est fini pour... France inter, pas pour Là-bas. Il y a d’autres formes en d’autres lieux ou la création et l’expression seront offertes, avec le soutient des 400 000 et moi ! et moi ! et moi !. Comment contraindre une émission qui fonctionne à trébucher ? Et bien comme pour tous les services de l’état, Daniel, on pourrit le fruit pour ensuite dire " vous voyez bien ! cela ne fonctionne plus" et ils sont contraint de stopper l’émission. Au travers cet arrêt raisonne toutes les émissions de Là bas sur les services publiques, les oligarques, les luttes et les victoires. Là bas vivra avec ou sans France inter.
Quand à la direction vous avez mon adresse si vous voulez me répondre

— -

Florian
lundi 30 juin 2014 à 23:00

Quelle autre émission que LBSJS susciterait autant de commentaires de soutien dans toute l’histoire de la radio ? AUCUNE !

Nous sommes cernés par la soupe médiatique (infos, musiques, la TNT...) et voilà que cette Madame Machin nous retire l’une des rares émissions pour lesquelles nous acceptions de payer la redevance TV.

M.... alors !

— -

Alice (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 22:00

Je ne peux pas croire à la disparition de "la bas si j’y suis", ce n’est pas possible ! vous nous avez pas fait ça !!

— -

alain chapelain (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 22 :

j’ai 72 ans.je n’imaginais pas que le service public puisse faire une telle erreur :ils l’ont fait ;en ce qui me concerne ils se sont disqualifiés eux meme.j’écouterais toujours Mr Mermet et son équipe ,meme si quelquefois il m’énerve.cette madame bidule n’est qu’une domestique au service des puissants,et écouter f i maintenant m’est insupportable et s’il faut aider l’équipe ,qu’il le fasse savoir

— -

MARY (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 22 :

Bonsoir à vous Mme Bloch
Vous qui êtes dorénavant dans les hautes sphères directoriales de F.I, et qui avez la chance d’avoir accès aux médias ( par voix de presse où autres..), pourriez vous, sans langue de bois, nous donner les raisons REELLES de cette éviction ??
Les auditeurs de F.I ne sont pas des imbéciles, uniquement attachés à leurs petites habitudes. Ils sont capables de comprendre, si on leur donnent de vrais arguments. Les vôtres sont plus que flous et ne convainquent personne
S.V.P : un peu de courage Mme Bloch !! Mouillez vous( excusez le coté un peu vulgaire de l’expression).
Dans l’espoir de vous entendre prochainement,
cordialement
Mary

— -

Wingmakers (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 22 :

Malheureusement l’histoire se répète, Radio Paris, France Inter…

— -

Pierre C. (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 22 :

L’ultime raison pour ne plus jamais écouter France Inter !
Bravo Monsieur le nouveau directeur...

— -

Michèle THIAM FONT (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 22 :

Peut-être après tout que c’est davantage la fin de la Radio de service Public, que celle de Daniel MERMET.
Barak OBAMA a gagné son élection grâce à INTERNET.
Dans sa grande présomption, Mme BLOCH et ses « sbires », viennent de scier la branche sur laquelle ils sont posés :
Nous allons forcément suivre Daniel MERMET SUR LE NET, mais l’image de la Radio de Service Public, en tant que telle et surtout celle de France Inter en aura été ternie d’autant !
Et ce sera un grand pas, quant à la conception que nous devons désormais nous faire du « MÉDIA », en tant que concept !
UN MAL POUR UN BIEN ?
ET POURQUOI PAS !
De toutes façons, aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est une victoire pour Daniel MERMET ET J’EN SUIS LA PREMIÈRE RAVIE !
Car nous allons le suivre où qu’il aille SUR LE NET !
Daniel MERMET, ne l’oublions pas, est un « GRAND REPORTER » et sa stature fait exploser F.I.
A France inter, il se trouve trop à l’étroit !
Et la majorité des auditeurs sont prêts à le suivre sur le Net, les gens sont « murs » pour cela, maintenant.
Ce serait une vraie démarche consciente et citoyenne que de se prendre en charge, à ce niveau, de bouger, nous aussi.
Car après tout, c’est aussi à nous de prendre conscience que pour avoir une bonne Information, il faut peut être s’en donner les « bons » moyens, et se donner un peu de mal pour aller la chercher, là où elle existe vraiment.
Cette démarche est en route, d’ailleurs.
France Inter périclite et il n’y a plus grand-chose à en attendre, de toutes façons.
Cette « affaire MERMET » est un « catalyseur », et un « révélateur » du déclin du Service Public et de la Radio d’ÉTAT.
Nous pleurons tous après notre cher Service Public, mais qu’en est-il exactement de sa « BONNE SANTÉ », à ce service public, qui est l’otage de trop d’enjeux Politiques de bas étage ?
Nous constatons tous qu’elle nous a été « kidnappée » par une bande d’Oligarques avides de POUVOIR
De toutes façons, elle ne se porte plus très bien : gangrenée qu’elle est par des « APPARATCHIKS ».
Elle ne respire plus tellement la « Transparence » et la santé !
Soyons pragmatiques et allons nous abreuver à des eaux plus claires.
Les temps changent, et nous devons évoluer, nous aussi !
Michèle THIAM FONT
« LA SAUZONNAISE »

— -

camille (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 22 :

No comment...

Si : La-bas est une émission politique, la supprimer (malgrès son succès) est donc un choix politique. Madame machinchose, ayez au moins le courage de l’avouer, plutot que de vous cacher derrière des arguments aussi bidons qu’inélégants...

Mais c’est vrai que le courage, c’est pas vraiment ce qui caractérise la classe des bourgeois...ni l’honneteté d’ailleurs.

Alors reprenez les donc, ces ondes qu’on écoutera plus... vous pourrez y faire vos petites réunions tupperware avec pascale et consorts, bien au chaud entre gens respectables, comme dans un salon... mais fermez bien les fenetres, car il se pourrais que vous entendiez des voix parler fort dans la rue un de ces jours...

— -

hugues (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 22:00

une radio "plus punk" et on enlève l’émission la plus "punk"
je ne comprend pas

— -

eric (anonyme) @ hugues (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 22 :

Bougez pas vous allez voir que le prochain qui va degager pour son intervention punk çà va etre françois morel

— -

marcoeurdelion (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 21 :

Evidemment la raison évoquée, (« pour la pluralité des expressions »), pour supprimer « Là-bas si j’y suis » est à l’inverse et caricaturale !
Cette émission qui fait de l’audience doit déranger le politiquement correct qui castre nos pensées, nos idées, …, nos vies.
Même en diminuant sa durée d’antenne au quotidien, puis dans la semaine, l’émission vivait pleinement. Et par inertie, je comprenais bien que les lignes éditoriales des dernières années, voulaient sa suppression par usure et étouffement.
Etrangement, cela me rappelle la suppression brutale à l’antenne de Jean Pierre Coffe, il y a quelques années. Depuis je n’écoute plus France Inter le samedi matin.
Monsieur Mermet, je ne suis pas du même bord politique, mais je tiens à vous soutenir dans votre action pour que « Là-bas si j’y suis » continue. Je suis attaché à votre démarche générale, honnête et courageuse (en tout cas plus souvent que la moyenne). Souvent irrité, pourtant j’aime apprendre au son de votre voix.

— -

Guizmo,
lundi 30 juin 2014 à 21 :

Merci Mme Bloch, maintenant je vais enfin pouvoir écouter Pascale Clark, et toutes les gentilles émissions culturelles de France Inter sans avoir de vilaines questions qui m’encombrent le cerveau ... maintenant je suis un auditeur heureux avec plein de temps de cerveau disponible ! Merci à notre gentil nouveau PDG tellement jeune et tellement fun, tellement de gôche et merci à notre directrice qui déclarait au Monde il y a 15 jours "soyez punk" ... Ben oui ... c’est vachement punk de supprimer Là-Bas si j’y suis", ils pourront donner le créneau à un autre ancien ministre de la culture qui dit que des choses sympa avec des invités tellement artistes et tellement cool ... Comme d’habitude, la droite en rêvait ... le PS le fait ... On s’en souviendra.

— -

Al (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 21 :

ben oui c’est impensable mais tellement facile !!!
bon courage à tous !
merci pour toutes ces années !

— -

Platane (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 20 :

Oui au pluralisme des idées sur le service public !
Oui à une autre vision du monde que la doxa libérale !
Oui au maintien de "Là-bas". Pas parce que j’apprécie particulièrement Mermet (mégalo, parti pris) mais parce qu’il représente une des dernières voix discordantes !!!

— -

cyrillou,
lundi 30 juin 2014 à 20 :

Je viens d’apprendre que France Inter allait supprimer l’émission de Daniel Mermet : "Là-bas si j’y suis" à la rentée.
La meilleure (la seule ?) émission politiquement engagée, toutes radios confondues, France Cul comprise.

Et pendant que j’écris ces mots, j’entends à ma fenêtre des abrutis klaxonner dans les rues parce qu’une starlette à ballon a marqué un but bleu blanc rouge.

Putain de société de merde, j’ai les boules.

Cyrille

— -

François (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 20 :

Quel symbole, les socialistes vont réussir là où la droite a échoué : virer LBSJS, Mermet, son équipe et tous ceux qui se défoncent pour que l’émission vive !
Décidément, ils oseront tout (c’est même à ça qu’on les reconnait). Même si on peut critiquer l’émission, son producteur, etc, c’est une fenêtre ouverte sur le monde, une vision critique, une émission qui sort des sentiers battus (où peut-on entendre les journalistes du Diplo ailleurs que chez Mermet ?). C’est cela le SERVICE PUBLIC : donner à penser, donner envie de donner son avis, éduquer le citoyen auditeur, parier sur l’intelligence de celui qui écoute plutôt que reproduire le prêt à penser qui est présent partout ailleurs.
Je suis probablement un vieux schnock, mais j’écoute FI depuis le milieu des années 70, je l’ai découverte en posant de la tapisserie avec mon père et je ne l’ai jamais quittée depuis.
Je ne pensais pas en arriver là, car il y a encore des émissions de qualité, mais ça devient dur de rester...
SVP, ne supprimez pas LBSJS.

— -

Patricia Piriou (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 20 :

10 minutes de moins par jour et le vendredi en moins, cela avait été déjà très difficile. Laissez-nous cette émission d’éducation populaire, de poésies et de saines colères. Si cette émission disparait, nous n’écouterons plus jamais France Inter.

— -

anna (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 20 :

La décision de supprimer cette émission, depuis longtemps une des meilleures sur FI, est inqualifiable d’arbitraire et de bêtise. Je suis de tout cœur avec vous, l’équipe de Là-bas et je compte bien vous rejoindre là ou vous serez. Allez, ne vous laissez pas réduire au silence par une bande de gestionnaires de supermarché sortis de je ne sais quelle école de commerce ! Quant à FI, qui, autrefois, nourrissait ma réflexion pendant de nombreux moments de la journée, elle pourra bientôt rejoindre la grosse poubelle des radios commerciaux, encore un où deux coups de ce genre et c’est fait. Il va falloir trouver un moyen de ne plus payer de redevance, car de service public, FI n’aura plus que le nom. Et dire que pendant 30 ans, je m’estimais chanceuse d’avoir pu apprendre le français à l’école d’Outre-Rhin, lorsqu’on m’annonçait que j’étais sur Inter...

— -

Maxime Giacometti (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 20 :

Et encore un message car vous n’imaginez pas la rage qui me vient au ventre quand je pense que vous songez à remplacer "là bas si j’y suis" par une énième causerie snobinarde avec Nicolas Demorand.
JE SUIS HORS DE MOI !

— -

Maxime Giacometti (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 19 :

Je ne me trouve pas dans la liste des indignés, alors je reposte un message pour soutenir "Là bas"
Y’en a marre de l’invasion des bobos mous du bulbe sur France inter.
Rendez nous notre radio, celle qui va faire ses reportages au delà du périph et qui s’intéresse à autre chose qu’au people.

— -

ben (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 19 :

Bonjours,
Je vous écrit se court message pour vous dire que je suis extrêmement déçu de cette décision sans aucun sens !
Si Là-Bas s’en vas je n’écouterais plus France inter ça c’est claire !

OLR !!!

— -

Franck (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 19 :

Les émissions qui remettaient en cause le discours ambiant, asséné par les nombreux journalistes préformatés et bien choisis... Ce devait être trop dérangeant ! Combien de personnes se sont posés des questions, ont remis en cause leur jugement après une de ces émissions ? Trop sans doute... Cela ne met pas en valeur l’indépendance de France Inter ! AUX BARRICADES médiatiques ! Le nombre de messages fera plier la gouvernance de France Inter, NOTRE radio nationale !

carole (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 18 :

Bonjour,

Je n’ai pas suivi ces derniers jours et me rends compte aujourd’hui de cette catastrophe.
J’aimerais connaître les motivations de la direction. Qui pourrait me renseigner ?
Je suis choquée et TRISTE de cette nouvelle.
Carole,

— -

1 des 4 Barbus (anonyme) @ carole (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 19 :

Ils ont dû trouver que c’était une bonne idée de supprimer la meilleure émission de radio francophone.

— -

Joël Poiret (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 18 :

Vous avez décidé de supprimer Là-bas si j’y suis, je décide donc de ne plus écouter France inter tant que durera cette situation. Le comble est que cette suppression a lieu sous un (soi-dsiant) gouvernement de gauche.

— -

paulo (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 18 :

On invoque l’âge de Daniel Mermet, c’est un comble et une absurdité : tant d’émissions qui sentent la naphtaline quand ça n’est pas le sapin, et qui sont animées par des hurons jeunistes, cools, trend, cultureux et souriants, mais qui sont plus sinistres que des croque-morts, et dont le travail radiophonique n’est rien d’autre en fin de compte qu’une loooongue plage de publicité… Je suis heureux de voir pour ma part, sur ce site tout comme sur la-bas.org, que c’est Là-bas que les jeunes vont écouter, non seulement parce qu’on apprend beaucoup, mais aussi parce qu’on s’y marre, qu’on touche au monde entier et qu’on apprend à écouter tout ce splendide boulot sonore, si précis, si riche, que fait l’équipe. Les autres émissions ne font rien du son, ce qu’elles nous canonnent au nez c’est du discours ou des rengaines, mais rien de bruitiste, aucune musique sonore. Pour ma part j’ai 25 ans, j’écoute Mermet depuis cette année seulement (malheureusement) et c’est un pied monumental : comparé à ça, tout France Culture m’ennuie profondément et me fait ronfler l’oreille. Qu’on conserve l’émission. Il y a quelques jeunes oiseaux qui refusent la trépanation générale qu’on leur inflige en douce et qui sont là chez eux, chez le vieux Mermet et sa harley antique. La suppression de l’émission n’est qu’une entreprise si docile et hypocrite de lissage et de normalisation qu’on dirait du Chirac. Mais rien là-dedans n’est étonnant dès qu’on se renseigne un peu sur le passif des nouveaux chefs, crypto-punk à brushing et technocrate bachelor qui s’emparent des commandes : Mme Bloch n’en est pas à son coup d’essai, elle est coutumière des grandes entreprises de normalisation radiophonique, comme à france culture…
De toute façon, elle sera bientôt mise devant les conséquences de sa propre docilité -on verra si elle trouve ça punk. Hein ? God save qui ?

— -

carole (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 18 :

Bonjour,

Je n’ai pas suivi ces derniers jours et me rends compte aujourd’hui de cette catastrophe.
J’aimerais connaître les motivations de la direction. Qui pourrait me renseigner ?
Je suis choquée et TRISTE de cette nouvelle.
Carole,

— -

Florent M (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 17 :

envoyé à FI : Allez voir là-bas si les auditeurs y sont

Bonjour,
je prends la peine de vous écrire pour vous faire part de mon écœurement devant la déprogrammation d’une émission qui faisait de France Inter l’exception dont vous vous revendiquez. “La différence” ? “La voiE est libre” ? On sait désormais clairement laquelle, et sans X.

Bonnaud, Porte, Guillon, Mermet. C’est bizarre il y a comme une familiarité, une certaine couleur politique qui ne devrait plus figurer dans le panel du service public ? A moins que ce soit ce dernier terme de “service public” qui soit lui-même à dégager ?

L’âge de Daniel Mermet vous pose problème ? Il semble qu’il ait pourtant proposé de laisser progressivement la place. Sans parler de la nature élégante de l’argument, sans parler du nombre de dinosaures des médias à qui on laisse le micro ouvert jusqu’à la sénilité...

Une baisse d’audience ? Environ un demi million d’auditeurs que vous piétinez ? Vous allez la sentir la baisse d’audience. Pour chacune des voix qui n’aura plus accès aux “grands médias” avec la fin de “là-bas si j’y suis”, des milliers de paires d’oreilles se détourneront de vous. Sans parler de l’odieuse mauvaise foi de l’argument devant la constance et l’importance de ce public en pleine heure creuse radiophonique, et ce de la part d’un service public ne dépendant pas de la publicité !

Une dernière remarque concernant votre futur grille des programmes : n’avez-vous pas oublié de supprimer également Rendez-vous avec X ?! Que fera encore ici cette émission au milieu de votre programmation dont la concurrence assumée avec les chaines privées se soucie avec tant de zèle d’accompagner cette hémiplégie de la représentation politique considérant que messieurs Demorand ou Valls sont de gauche ? Que le simple fait de contester le pouvoir et ceux qui le représentent est forcément conspirationniste ? Que prononcer le mot “capital” fait fuir les annonceurs ? Pardon, j’oubliais que votre situation vous permet de ne vous soucier que des auditeurs... A moins qu’il n’y ait déjà d’autres grands projets dans les cartons ?

1 parmi 500 000

— -

lora (anonyme) @ Florent M (anonyme),
mardi 01 juillet 2014 à 00 :

Tu m’étonnes,

Résidente d’outre mer j’écoutais France Inter, matin, midi et soir.....avec mon décalage horaire....

Bon, le soir a sauté après avoir été privés d"’Allo la Planète" pour la remplacer d’une émission proprette mais dans laquelle aucune vibration particulière ne m’avais donné l’envie d’écouter......et moins "Sous les étoiles", j’ai arrêté d’écouter le soir...

Y avait encore l’an dernier sur le coup de midi, les joyeuses aventures de la fine équipe dont j’ai oublié le nom mais que j’avais plaisir à écouter, mais là encore rideau l’émission n’est pas reconduite, à présent mes oreilles exaspérées par la prosodie sirupeuse de "jour de Frèèèèèèèdddd", m’obligent à couper la radio. A croire que l’on cherche à faire fuir les auditeurs. Donc passé 13 h locales plus de France Inter.

Et voilà pour couronner le tout qu’on commence par écourter l’émission de Mermet avant de la faire purement disparaitre sans autre forme de procès.....
Ah oui, l’âge...à 72 ans Mermet serait trop vieux......bon si on applique cette règle à tous y aura plus grand monde ni à l’assemblée ni au sénat...et je ne parle pas du reste...et parmi nos dirigeants...mais comme il se trouvent nantis au moins accumulant les retraites de leurs différents mandants, ne crèveront-ils pas de faim.
Ah mais c’est vrai pour d’autres y a plus de sous, pour les retraites des "séniors"...quel joli nom pour désigner ceux qui après une vie de labeur auraient bien droit au repos, et qui pour simplement survivre, être soutiens de famille de licenciés par ceux qui "optimisent" oh le joli mot "le cout du travail" eh oui, la notion de valeur ajoutée par la transpiration des valeureux salariés à disparu du lexique de nos élites, ou aider leurs petits enfants, se voient sollicités pour consacrer leur dernières forces, à travailler à bas cout.....à la bonne heure....un de mes voyage en Chine m’a d’ailleurs éclairé sur le sujet.
En effet, on peut y voir...dans les petites rues derrières les hôtels dans lesquels dorment debout (agents de sécurités) ou sous le guichet entre 2 clients des jeunes employés 24h /24, (vous croyez que je plaisante, allez y voir si toutefois vos moyens vous le permettent encore le modèle tant vanté par nos bon économistes au nom de la sacro sainte rentabilité) nombres de vieillards charriant sur leur leurs épaules qui des bouteilles plastiques, qui des métaux, qui vont faire traverser les rues aux carrefour (il est vrai que dans ces rues de Pékin on voit aussi des jeunes de 20 ans fils et filles de essayant leur BMW.... au nez de tous ces manants)....
Y a pas de limites à l’exploitation de l’être humain par son semblable qui ne peut avoir que 2 fonctions : possédant donc consommateur (du moins tant qu’il ne tombe pas dans la caste inférieure), ou précaire et utilisé jusqu’à ce que mort s’ensuive....après y a la toute puissante caste des exploiteurs, alliant gros possédants, politiques, et / ou patrons de médias avec leurs aspirants courtisans distilleurs de ce qu’on appelle "pensée unique"....je ne vous la rappelle pas vous en êtes témoins tous les jours dans les médias si toutefois vous en avez conscience.

En fait actuellement, je ne vois plus que "l’Afrique enchantée" et "Rendez vous avec X "pour me donner une raison d’écoute France Inter....si j’y pense encore.....

Mais bon, d’ici là, faute d’auditeurs sans doute qu’elle sera privatisée pour permettre de rendre les cerveaux disponibles pour l’expression

— -

eric (anonyme) @ Florent M (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 22 :

capital, vous avez dit capital .....
Avez vous remarqué quels sont le annonceurs sur France inter principalement le matin entre 7h et 10h.
Majoritairement des banques et des assurances mais peut etre que le projet de FI c’est de devenir la banque officielle de la droite compléxée qui l’est de moins en moins ....allez savoir !!!

— -

Anonyme (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 17 :

Une honte.
La meilleure émission de FI.
Une des plus ancienne émission de FI.
FI : au revoir.

JPEG - 49.1 ko

Fred (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 17 :

Un petit message à l’attention des dirigeants de France Inter :

Voici le lien vers un site sur lequel vous ne vous êtes surement jamais rendu :
http://old.la-bas.org/

Vous y trouverez des heures messages pour la continuation de l’émission "La-bas si j’y suis". Avez-vous sur votre radio une seule autre émission susceptible de mobiliser de tels soutiens ? Comment est-ce possible que les dirigeants d’une radio "de service public" n’y entendent rien ?

Frédérick.
Auditeur de France Inter jusqu’au 26 Juin 2014.

— -

Dally (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 17 :

Vous avez pris la decision d arreter l emission "Là-bas si j’y suis" sans informer les auditeurs au prealable, et nous n apprecions pas la facon avec laquelle vous nous avez juste pris le dos au mur. Je suis tres en colere car j aurais aime ecouter au moins la derniere emision de Daniel mermet avec la joie dans mon coeur, et non de avec tristesse et amertume, vous auriez du nous preparer car cela fait plus de 25 ans que cette emission parcours le temps avec nous et avec nos familles et enfants. Ce n était pas tres delicat vos arguments sois disant de vouloir rajeunir une equipe comme celle de Daniel, les reporters ont en moyenne 30 ans ! et vous 60 ans !

— -

Dally Makonga Vous nous avez blesses car vous nous faites compremdre que l emission va disparaitre en toute sa totalite !, nous aimons "Là-bas si j’y suis" nous n etions pas souvent d accord avec Mermet, mais au moins il nous aider a prendre du temps a regarder l autre et regarder ailleurs, qui d autres a pu soutenir les ouvrieres de Samsonite comme l a fait l equipe de Daniel, personne meme pas vous, je vis en allemagne et je suis expatriee depuis 10 ans, c etait mon moment a moi ! Vous n auriez pas du nous prendre comme si nous etions des objets et vous dire d ici l ete ils oublierons et d ici 3 mois ils se lasserons d ecrire et de rouspecter. Non, Non Non, rendez nous notre emission et toute la semaine... et arretez d agir de la sorte rendez nous notre emission !

— -

Est-il normal que le lien vers le site la-bas.org ait été supprimé de cette page ?

=> http://www.la-bas.org/

— -

Maxime (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 17 :

Y’en a marre de ce France inter qui ressemble de plus en plus à France télévision… De plus en plus d’émissions fades, sans esprits critiques, un ancien ministre de Sarkozy qui lèche des culs pendant une heure tout les soirs, des comiques tellement terrorisés par l’idée de se faire virer qu’il ne font que plus du private-joke ou des jeunes journalistes fades qui se contentent de poser toujours les mêmes questions débiles « qu’est ce qui vous rend heureux ? »
Ce qui me rendrait heureux c’est qu’on me rende ma radio ! Bordel !
Un vrai esprit critique, de vrais journalistes et des infos qui ne concernent pas que le centre ville de Paris…
Si vous remplacez là-bas si j’y suis par une connerie pour recaser le directeur déchu de libération, je vais me mettre très en colère !

— -

eric (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 16 :

Ca fait un moment que cette radio vire a droite avec ses différents intervenants, restait plus que la partie musicale et culturelle mais sans Mermet et avec le remaniement des programmes çà va être sans moi définitivement pour cette radio

— -

Anne (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 16 :

France inter sans là-bas si j’y suis c’est comme du champagne sans bulle et sans alcool, aucun intérêt....

— -

Tata (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 15 :

Triste...

— -

JPL de Coutances (50) (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 15 :

Hollande et le PS sont aujourd’hui le bras armé de la domination néolibérale omnipotente et universelle. Ce n’es pas la droite qui aura supprimé cette émission mais la gauche...
En dehors du Masque et la Plume, il n’y a plus aucune raison d’écouter cette chaîne de bobos libéraux, genre Pascale Clark !

— -

Elisabeth (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 15 :

Je demande à France Inter de remettre l’ émission de Las Bas Si J’y Suis à la rentrée avec son équipe sinon vous perdez une auditrice fidèle depuis 1986.

— -

Frédéric (anonyme) @ Elisabeth (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 17 :

Difficile d’admettre une telle décision, c’est honteux comme tous les arguments avancés par la "direction".
Moi je ne pouvais pas écouter l’émission régulièrement comme quand elle passait à 17 heures, (donc je ne fais pas parti des 400000 auditeurs journaliers) mais je la réécoutais sur le net dès que je le pouvais, publier donc les chiffres des podcasts et des flux en réécoute qu’on ai une idée plus précise de l’audience !
En tout cas je n’aurais plus rien à écouter de différent à la rentrée, vous m’en voyez désolé, mais je vais ranger ma radio, me tourner vers d’autres ondes ou me contenter de musique. Si l’émission disparait ne me comptez plus parmi vos fidèle, exit le service public, d’ailleurs je dois faire un changement de déclaration pour mes impôts (la redevance) que je payais uniquement pour que France inter touche quelque chose, je vais pouvoir enfin déclaré que je n’ai plus ni la télé ni la radio.

JPEG - 12.6 ko

Pierre BOUYSSET (anonyme) @ Elisabeth (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 16 :

Le BOYCOTT, le BOYCOTT ?...
Ouais...(bof)

Il est à parier que l’effet boycott se produise de lui-même :
Ecouter LA-BAS SI J’Y SUIS ne relev(ait) pas d’un fond sonore d’accompagnement, mais d’une démarche volontaire de l’immense majorité de ses auditeurs.
Les plus de 400 000 auditeurs quotidiens en attestent.
Il est fort peu probable qu’après que les habitudes persistantes s’estompent, une telle audience persiste à 15 h.
Avocat du Diable pour l’exercice , je pensais depuis la relégation de l’émission à 15 h, que la direction d’alors faisait d’une pierre deux coups :
1 / PREMIER COUP :
En évacuant la dangereuse épicerie-tapie-dans-l’ombre de son horaire accessible, elle satisfaisait les esprits chagrins voire inquiets, qui confondaient la singularité d’une expression avec une supposée force subjectivité outrancière de celle-ci, illégitime sur un Service Public (au nom – au choix - d’une CROYANCE en la neutralité ou d’une régulation par un quota mécanique de représentativité).
…Bref, les résultantes de l’habituel procès en illégitimité fait aux minorités, de l’habituelle confusion apeurée entre extrêmes, excès et pensées minoritaires émergentes ...
2/ SECOND COUP :
Elle comptait sur la motivation et le volontarisme des auditeurs de « LA-BAS » pour des audiences records sur le Net, via les podcasts et le streaming.
Malin.
Il se trouve que le second coup eut une telle portée que les chagrins motivant le premier eurent matière à s’horripiler.

J’écouterai France INTER l’an prochain comme depuis toujours, au moins pour essayer et peut-être adopter. (D’ailleurs, où aller sinon ici ? C’est chez moi, sans doute de moins en moins, mais c’est chez moi).
Qui sait ? Madame BLOCH saura être maline à défaut d’être respectueuse.
Il n’en restera pas moins la violence de la situation et l’inquiétude pour le devenir de RADIO France.
Il semblerait encore une fois que la direction de RADIO FRANCE n’a strictement rien appris des précédentes levées de boucliers de ses auditeurs sinon quelques stratégies de contournements.
C’est du beau !

— -

Adèle (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 15 :

Adieu France Inter, je jette ma radio aux orties. Vous n’avez plus rien entre les oreilles. Je n’écouterai plus jamais la différence. Salut Daniel et toute l’équipe.

— -

Tifenn Luzu (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 15 :

Il y a 10 ans, je me réveillais avec France Inter et j’écoutais France Inter dès que j’en avais la possibilité. J’ai arrêté la matinale en 2005. JM Sylvestre et le matraquage pro oui au référendum sur le TCE m’en a écœuré. Peu de temps après je devenais très insatisfaite du contenu des journaux. Un jour, j’ai compté 3 faits divers en ouverture de journal, j’ai compris... Je n’ai plus écouté France Inter pour m’informer. J’ai arrêté d’écouter les émissions humoristiques quand Porte et Guillon sont partis. Désolée, mais "On va tous y passer" c’est nul. Il n’ont rien à dire et les sketchs porte presque tous sur les membres de leur petite équipe. Ça tourne en rond sévèrement. Les émissions qui m’intéressent sont passées à des heures d’écoute improbable. J’ai donc complètement arrêté d’écouter France Inter en direct. J’écoute en différé : Là-bas si j’y suis, Sur les épaules de Darwin (attention, il n’est plus tout jeune non plus le monsieur Amesen) et parfois la tête au carré (mais c’est moins bien qu’au début, moins approfondis).
Il y a trop d’émission de blabla avec invité que l’on couvre de compliment... Je crois qu’on ne peut pas faire plus lèche-botte que Jour de Fred ou les matinales du week-end... Des trucs qui ne coûte rien à produire. On en a donc pour notre argent !

RENDEZ-NOUS LA-BAS SI J’Y SUIS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

s’il vous plaît.

— -

Krys (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 15 :

"Là bas si j’y suis", une émission que j’aime, que j’adore, qui m’énerve, qui me dérange et c’est justement pour, surtout, ces deux dernières raisons qu’elle doit ABSOLUMENT continuer.
Depuis environ 40 ans je suis branchée sur FI du matin au soir, parfois la nuit. Depuis 2 ans FI n’est plus ma radio bien aimée, les créneaux 11/12h30 puis à partir de 21 h, je les zappe. La nuit que des rediffusions, redonnez nous Serge Levaillant.
Pourquoi Lodéon sur France Musique ? Le classique n’a t-il plus droit de cité sur FI
 ? Les soirées musicales seraient-elles mortes avec J.L. Foulquier. Qu’est devenue l’excellente Isabelle Dordhain ?
FI se lisse au fil des ans.
NON ARRETEZ CE LISSAGE ET QUE FRANCE-INTER CONTINU A CULTIVER LA DIFFERENCE.

France Inter doit impérativement cultiver "LA DIFFERENCE".

JPEG - 16 ko

PATRICE (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 14 :

LA BAS SI J’Y SUIS était ma dernière raison de pousser la porte de FRANCE INTER...ciao donc !

— -

Pierre BOUYSSET (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 14 :

BON, BAH ON FAIT QUOI MAINTENANT ?

Non, c’est vrai, l’affaire est finalement simple :

La direction de notre chère radio prend une décision qui ne peut pertinemment être justifiée par les seuls arguments invoqués (âge du capitaine et audience insuffisante).

Si nous nous en tenons à cela, en nous interdisant d’extrapoler sur la "probabilité" d’une nature politique tacite de la décision, il ne s’agirait donc que d’une malheureuse « bourde » de cette direction.

Simple donc (…efforçons-nous de cultiver notre naïveté pour que ce révèle l’évidence – en hommage à François RUFFIN).

Il suffit alors de réviser cette décision avec l’appui de la compétence des auditeurs dans leur grande diversité, de celle des divers professionnels qui ont su, durant plus de deux décennies, célébrer et primer la qualité de cette émission et de son équipe jusqu’à aujourd’hui. Inviter, pour la MISE EN JEU des opinions de chacun, les personnes qui a contrario se convainquent qu’une émission comme LA-BAS SI J’Y SUIS n’a (plus) rien à faire sur une radio de SERVICE PUBLIC.

Au souvenir de cet entretien MERMET / CASTORIADIS qui a changé ma vie (et combien d’autres ?) : initions l’agora de RADIO FRANCE, expérimentons la DÉMOCRATIE, convoquons les citoyens BLOCH, MERMET, HEES, GALLET, MORIN, CHOMSKY, CAVADA, FILIPETTI,(...) et les quelques autres 400 000 "X (anonyme) ", cantonnés aujourd’hui aux rôles de simples témoins, sous-castés ou intouchables.

Ne concertons pas. Discutons, Débattons et DÉCIDONS ENSEMBLE !

Nous avons l’été pour ça.

Ces dernières années, LA-BAS SI J’Y SUIS réactivait parfois le tribunal de RADIO FRANCE.
Donnons-nous rendez-vous en juillet pour le procès de LA-BAS SI J’Y SUIS.

— -

Pierre BOUYSSET (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 14 :

BON, BAH ON FAIT QUOI MAINTENANT ?
Non, c’est vrai, l’affaire est finalement simple :
La direction de notre chère radio prend une décision qui ne peut pertinemment être justifiée par les seuls arguments invoqués (âge du capitaine et audience insuffisante).
Si nous nous en tenons à cela, en nous interdisant d’extrapoler sur la "probabilité" d’une teneur politique tacite de la décision, il ne s’agirait donc que d’une malheureuse « bourde » de cette direction.
Simple donc (…efforçons-nous de cultiver notre naïveté pour que ce révèle l’évidence – en hommage à François RUFFIN).
Il suffit alors de réviser cette décision avec l’appui de la compétence des auditeurs dans leur grande diversité, de celle des divers professionnels qui ont su, durant plus de deux décennies, célébrer et primer la qualité de cette émission et de son équipe jusqu’à aujourd’hui. Inviter, pour la MISE EN JEU des opinions de chacun, les personnes qui a contrario se convainquent qu’une émission comme LA-BAS SI J’Y SUIS n’a (plus) rien à faire sur une radio de SERVICE PUBLIC.
Au souvenir de cet entretien MERMET / CASTORIADIS qui a changé ma vie (et combien d’autres ?) : initions l’agora de RADIO FRANCE, expérimentons la DÉMOCRATIE, convoquons les citoyens BLOCH, MERMET, HEES, GALLET, MORIN, CHOMSKY, CAVADA, FILIPETTI,(...) et les quelques autres 400 000 "X (anonyme) ", cantonnés aujourd’hui aux rôles de simples témoins, sous-castés ou intouchables.
Ne concertons pas. Discutons, Débattons et DÉCIDONS ENSEMBLE !
Nous avons l’été pour ça.
Ces dernières années, LA-BAS SI J’Y SUIS réactivait parfois le tribunal de RADIO FRANCE.
Donnons-nous rendez-vous en juillet pour le procès de LA-BAS SI J’Y SUIS.

supprimer répondre Alerter

vincent 50 ans (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 13 :
0
bonjour,
je suis consterné par cette nouvelle de la suppression de "là-bas.."le dernier lien avec france inter que j’écoute depuis 25 ans quotidiennement et avec des souvenirs plus ancien et bien je peux dire que je ferais desormais tout mon possible pour éviter de l’écouter et je deconseillerais à quiconque de vouloir en devenir auditeur. Peut-on arreter de payer la redevance ? De toute manière c’est un mauvais calcul puisque sur le marché des radios commerciales France inter n’a aucune chance ! A moins que ce soit le vrai but.....merci à Daniel et à son équipe, j’ai vécu mes plus beaux, émouvants et interessants moments de radio avec vous. J’espère que Daniel va trouver une alternative, en tous cas je suivrais. ça donne envie de mettre des beignes !

supprimer répondre Alerter

Anonyme claude 31 (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 13 :
0
FI c’est maintenant la vision du monde qu’en a fait B.GATES ce matin ,sans qu’aucune contradiction ne lui soit faite malgré des chiffres sur la répartition de la richesse dans le monde et son évolution complètement biaisées.
Daniel, quelques soit la lutte ou les engagements à prendre pour continuer ici ou ailleurs, j’en suis.

supprimer répondre Alerter

n1ko (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 13 :
0
Pfff… Reste plus qu’à monter « La Radio diplomatique », dont on pourrait s’attendre qu’elle ne reçoive pas plus de soutien financier publique que « Le Monde diplomatique » bien sûr !

supprimer répondre Alerter

Thierry (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 13 :
0
C’est la seule émission d’envergure nationale ou les idées hétérodoxes ont elles aussi le temps de s’exprimer, et on voudrai nous en priver ? Nous priver de la seule émission d’éducation populaire politique ?
Cette radio et cette émission sont à nous !
C’est une décision révoltante totalement anti-démocratique.
Merci à ceux qui ont lancé la pétition http://sauvonslabas.wesign.it/fr .
Merci à toute l’équipe et à tous leurs invités passionnants trop nombreux pour être cités içi.
Il faut que ça continue !

supprimer répondre Alerter

Anonyme (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 13 :
0
France inter : imaginez le slogan de demain.

Compte tenu de la suppression de l’émission Là bas si j’y suis, je formule quelques propositions de slogans recyclés.
 :
"Ecoutez il n’y a plus de différence".

"Pour ceux qui n’ont rien entre les deux oreilles".

"Avant, cela surprenait, maintenant plus".

Quant à "la voix est libre", difficile à recycler celui-là.

supprimer répondre Alerter

... et génial (anonyme) @ Anonyme (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 15 :
0
…"La voie se calibre".

supprimer Alerter

Anne LR,
lundi 30 juin 2014 à 13 :
0
J’écoute Daniel Mermet depuis "dans la ville de Paramaribo il y a une rue qui monte et qui ne descend jamais". La fin de "là-bas si j’y suis" serait un non-sens et un parjure pour une radio qui martèle toutes les heures " France Inter : la voix est libre" ...
Je paye mes impôts, France Inter m’appartient donc, comme à tous ses auditeurs, je ne veux pas d’une radio lisse où il ne se passe rien, JE VEUX POUVOIR CONTINUER A ECOUTER LA DIFFERENCE !!!!

supprimer répondre Alerter

Anonyme (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 13 :
0
Il restait sur France Inter quelques émissions interéssantes ? L’une d’entre elles va être supprimée ? Parce qu’il faut faire bouger les choses : Faites en bouger d’autres ; Parce que cette émission a perdu de l’audience : N’est ce pas le changement d’horaire qui est à l’origine de cette perte d’audience. Plus fort, je crois me rappeler que lors de la modification d’horaire, certains avaient réagi en annonçant une perte d’audience inéluctalbe immanquablement suivie du verdict "puisque c’est ainsi, il faut supprimer cette émission".

supprimer répondre Alerter

chausson (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 12 :
0
Bonjour Daniel, et toute l’équipe, il n’y aurait plus "Là-bas si j’y suis", ça m’a mis "La gueule de bois" Bien cordialement Phil.

supprimer répondre Alerter

Marty (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 12 :
0
Dommage.... Bientôt une radio people en plus sur les ondes.... Après avoir testé Manoukian ce sera Naggui et en 2015 Nikos ! Et en plus il retire Mermet.... Adieu France Inter sauf pour le jeu des 1000€, profitons-en avant qu’il ne disparaisse !

supprimer répondre Alerter

Dali (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 12 :
0
Madame Bloch veux nous supprimer notre seul espace de vrai radio, elle dit : « En radio, il faut bouger, tout le temps, sinon on lasse le public. »

cf : http://www.ozap.com/actu/laurence-bloch-france-inter-detaille-en-exclusivite-la-grille-de-rentree/453915

Non, Madame Bloch, une radio n’est pas un hyper marché ou l’on chamboule tous les rayons pour inciter à la consommation. Au contraire, l’auditeur s’attache aux émissions qu’il écoute et leur reste fidèle. Une radio, c’est comme une amie, un membre de la famille.
« Là bas si j’y suis » fait partie de ces moments de grâce radiophonique et nous sommes très nombreux à l’apprécier.

Vous, Madame Bloch, débarquée d’on ne sait où, en bonne gérante de grandes surface, vous vous donner le droit de rayer d’un coup cet immense réseau d’écoute, de réflexions et d’amitié que Daniel Mermet, son équipe et les auditeurs bâtissent et partagent depuis tant d’années.

Vous aller entendre notre colère

supprimer répondre Alerter

SpaceShip (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 12 :
0
Bonjour à vous Daniel et toute votre équipe, c’est la première fois que je m’exprime sur ce que j’ai longtemps appelé, avec fierté, ma radio.

Je travaille à la maison et France-Inter m’a longtemps accompagnée toute la journée. J’ai constaté une dégradation lente et constante de cette antenne avec des nominations douteuses comme celle d’un ancien ministre de la culture de Sarkozy par une direction nommée par ce même Sarkozy sans réelle indignation, des humoristes virées ...

Ces jours-ci, j’entends aussi une bande-annonce de la nouvelle émission de Colin/Mauduis, On y répète à l’envie en partenariat avec .... , le tout suivi par de la pub. Est-ce un moyen d’ajouter de la pub à la pub ? Ce ne sont que des exemples qui ne viennent à l’instant à l’esprit.

J’ai abandonné l’écoute depuis quelques temps de nombreux créneaux sur cette chaîne, Le 10H00-11H00 "Radio BOBO" ou le 11H00.12H30 "Super promo-Pas rigolo" et d’autres encore.

La suppression de votre émission, que je ne souhaite bien évidement pas, est la goutte qui fait déborder le vase. Il n’y aura donc plus la place sur une radio de service public pour un plaidoyer pour un monde plus juste et plus grand que celui que je côtoie chaque jour.

Tous les changements dans la grille de rentrée annoncés dans la plus grande opacité et peu-être une confusion sciemment calculée et entretenue, me conduiront, sans l’ombre d’un doute, à quitter cette radio, si la suppression de LA-BAS SI J’Y SUIS se confirme.

L’avenir passera alors, par http://www.la-bas.org/ où, nous tous, AMG continuerons de vous soutenir dans vos combats futurs. Car je suis sûr que vous ne lâcherez pas le morceau si facilement.

Je tiens ,et pour finir, être fair-play et féliciter la nouvelle et brillante direction de RADIO FRANCE pour avoir réussi ce qu’aucune direction avant eux n’avait osé faire.
Vive les Sociaux libéraux, Vive la gauche Canada Dry !

Merci à vous tous, et ... La lutte continue !!!

supprimer répondre Alerter

Hélène de Hambourg (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 12 :
0
J’ai envie de pousser un coup de gueule !
Ne supprimez pas la seule émission qui traite de vrais sujets d’information, une émission que je suis tous les jours soit en direct ou en podcast.
Sinon je ne vois plus aucune raison à continuer à écouter France Inter.

Microusseau (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 11 :
0
Je joins ma voix à toutes celles qui se sont exprimées plus haut à propos de Là-bas si j’y suis, je ne peux rien ajouter de mieux. Plus ça va moins ça va sur FI, où est la différence. On nous enlève petit à petit les émissions les plus intéressantes, les plus apprenantes... même Frédéric LODEON qui part sur France Musique avec un lot de consolation (2h au lieu d’une).
J’écoute FI depuis si longtemps, je suis consternée. Comment peut-on prendre des décisions aussi loin des désirs des auditeurs. Si Nagui arrive, à la rentrée je quitterai définitivement cette radio.

supprimer répondre Alerter

Auditeur modeste (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 11 :
0
Réjouissez vous là-bas si j’y suis continue sur le site "là-bas.org", il suffit de verser une cotisation minime Daniel MERMET crée enfin une radio dissidente !!!!
Daniel tu es génial, je t’aime !!!!

supprimer répondre Alerter

olivier (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 11 :
0
il m est arrivé d avoir inter allumé toute la journée juste pour attendre l heure de cette émission ...
la grande classe cette émission ,le son et ambiance sonore ,les sujet de fond
,les portes qu elle m as ouverte depuis tant d années ....
ne lachez rien ....
plus de las bas ,plus de france inter ...le ratio gavage de tètes et plaisir d une bonne émission ne vaut plus le coup..
temps pis pour eux ,ils n auront plus mes oreilles ni mon temps de cerveaux disponible ....
je vous embrasse fort toute l équipe
oliv
oliv

supprimer répondre Alerter

glem38 (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 11 :
0
Je crois que Mme BLOCH est comme certaines personnes, inintelligente, elle pense qu’il faut qu’elle laisse quelque chose après son départ. Mais Mme BLOCH, France Inter ne vous appartient pas, elle appartient aux auditeurs. C’est une radio du service public. Et plus de 500 000 AMG, c’est quelque chose, vous devriez être heureuse qu’une émission comme celle-là fasse autant d’audience, à cette heure d’écoute ! Vous êtes comme beaucoup, une assoiffée de pouvoir. Et pour vous, cela passe par une action forte. Aucun autre directeur n’avait eu le cran de faire cela, mais vous, vous en avez, même si vous êtes une femme.
Comme beaucoup, j’écoutais FI toute la journée, et maintenant, je sélectionne mes émissions. Je crois que, bientôt, je ne pourrai plus écouter cette radio car elle ne sera plus différente des autres et je n’écoute pas les autres, alors... France Inter, la voix est libre ? Comment, après cela, pourrez-vous continuer à utiliser ce slogan !
Courage Daniel, nous te soutenons de tout coeur

supprimer répondre Alerter

la mamieAnonyme (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 11 :
0
déjà que France inter faisait la part belle à la droite, au fn, plus qu’à la vraie gauche, ce qu’on nous promet n’est pas engageant, plus de Mermet, plus de Frédéric lodéon, plus de Manoukian, c’est tout vu, je n’écouterai plus France inter, et je ne suis pas la seule

JPEG - 49.5 ko

Jacques (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 11 :

J’aime Daniel Mermet depuis qu’il a ensoleillé mes studieux et tristes dimanches d’étudiant avec "Dans la ville de Paramaribo, il y a une rue qui monte et ne descend jamais ..", il y a quelques années.
Supprimer la seule émission qui fait entendre des voix et des idées différentes du sur France Inter est un non-sens absolu.

— -

Ambroise Croizat (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 10 :

Là bas si j’y suis, c’est l’émission qui laisse à travers son répondeur la parole aux auditeurs pour pousser un coup de gueule, pour relayer leurs luttes ou lancer des alertes (anti OGM, Fralib, Continental, anti CPE, etc, etc , etc).

C’est l’émission qui nous fait entendre d’autres voix que celles de la pensée dominante, qui laisse une place aux Castoriadis, Arundhati Roy Noam Chomsky, Frédéric Lordon, Franck Lepage, François Ruffin, Serge Halimi et ses collègues, le couple Pinçon Charlot, etc. Autant de personnes Qu’on n’entend jamais ailleurs et qui nous font grandir en exerçant un regard critique et lumineux sur notre société.

C’est l’émission qui nous rappelle notre propre histoire et les grandes luttes populaires ( la chanson de Craonne, les brigades internationales, Ambroise Croizat et la sécurité sociale, la grève des mineurs en 1948, etc.).

C’est l’émission qui dénonce les fourberies et les coups bas des puissants (AGCS, TAFTA, Partenariat public privé), qui nous rappelle tout ce que l’État essaie par tous les moyens de nous faire oublier ( les massacres de Sétif, Octobre 61, le génocide rwandais).

C’est une émission de reportage qui va là ou ça chauffe (Rwanda, Afghanistan, Corée du nord, Tchétchénie, Bhopal, Gaza, Fukushima, Tijuana, le Vénézuela) et on a de plus en plus de commentateurs et de moins en moins de reportages.

C’est une émission qui nous apprend à vivre ensemble en laissant la place à des gens simples depuis la couturière indienne jusqu’à la mamie de la maison de retraite du coin, en passant par les femmes de la cité des 4000, les mineurs emprisonnés, les travailleurs sans papiers ou même des électeurs frontistes.

C’est une émission qui parle d’amour avec les sexplorateurs, les émissions sur le premier baiser, l’orgasme féminin, ou du jardin parfumé et de culture avec Topor, Courbet, la Rumeur, le professeur Choron, Bernard Lubat, Pascal Audin, Prévert..

Bref, c’est une émission de service public qui doit rester publique, car elle est d’intérêt général. Elle n’est pas conformiste et c’est pour ça qu’elle doit vivre.
L’émission a été déplacé de 17h à 15h il y a quelques années, puis on a supprimé le vendredi et les dix dernières minutes de l’émission, et cette année, on met en avant la perte d’audience alors que c’est la meilleure audience sur cette tranche horaire depuis très longtemps.. C’est une émission populaire et c’est ça qui fait peur à la direction.
Sa disparition serait un coup dur pour la liberté d’expression et la diversité des contenus sur les ondes.

Daniel Mermet a proposé une transition pour passer la main aux journalistes de son équipe mais la direction fait du jeunisme stérile et l’évolution de l’antenne ces dernières années ne laissa que peu de doute sur la teneur des changements à venir..

Rendez nous là bas !

— -

Marianne (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 10 :

La suppression de Là bas n’est juste pas possible... où est la différence si Mermet et ses journalistes n’ont plus accès à ce petit espace de liberté ?

— -

Anonyme (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 10 :

Il était temps qu’elle débarque cette nouvelle "patronne"....la bas si j’y suis, une emission d’interet général ! pensez à vos auditeurs ! si cette emission devait réellement s’arreter je n’ecouterai plus france inter....quelle dommage....

— -

filou (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 10 :

Grave erreur stratégique il faut laisser au gens une porte de sortie,un défouloir,une soupape de sécurité.Vous aurez le retour de baton d’une façon ou d’une autre...

— -

balof,
lundi 30 juin 2014 à 10 :

Bon ben voilà ! France inter et moi c’est fini ! Non stop de 6h20 à 21h tous les jours pendant plus de quatorze ans ... La dérive RTLesque est bien partie, après Porte, voici le tour de Mermet, bravo à Mme Bloch, vous avez eu la tête du vieux briscard de Mermet mais je peux vous assurer que vous ne reverrez plus mes oreilles de sitôt sur votre antenne.
Mermet a des côtés agaçants mais il fait partie de ceux qui savent ce qu’est une radio pluraliste, on aime ou on aime pas, mais il fait réagir, c’est ça qui est bien, avec lui on est loin des moutons de Panurge ...
Adieu donc Mme la Censeure !

— -

Anonyme ! Est-ce que j’ai une gueule d’anonyme ? (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 09 :

Selon, Madame Bloch, l’émission a perdu 100 000 auditeurs en 2 ans.
Il est coutumier que certaines des émissions de la grille d’été soient les prochaines du 15/18h. Ça c’est souvent passé comme ça. Aurélie Charon (Underground Democracy), au quotidien, ça peut être intéressant. Si la bande de "Là-bas" se retrouve le week-end, certain(e)s exclu(e)s par le déplacement de 17 à 15 h, il y a qq. années, apprécierons ; mais, le répondeur perdra de sa force dans la disparition du principe de rendez-vous quotidien, c’est tout.

Et si, à la rentrée, on constate que c’est totalement mort…
Il reste peut être un moyen :

Rassemblons-nous, tous, tous les jours de la semaine dès le lundi 1er septembre à 15 heures devant la maison ronde. Faisons un IMMENSE repère d’(ex)Auditeurs Mécontents et Gueulards à ciel ouvert ; le vendredi, on causera cinoche avec les cinéphiles en manque eux-aussi d’un programme qui nourrit celui qui l’écoute.
Car, "Pendant les travaux, le cinéma reste ouvert" saute aussi. Voir comment les habitués ont réagi : http://www.franceinter.fr/emission-pendant-les-travaux-le-cinema-reste-ouvert-keaton-frankenheimer
Le retour d’un "animateur" et de son émission, c’est déjà arrivé, l’exemple vient du sommet puisqu’il s’agit de la doyenne : les grosses têtes (1999/2000).

— -

Félisi (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 09 :

J’écoute France Inter depuis plus de 20 ans avec plaisir sauf ces dernières années où il devenait de plus en plus difficile de trouver des émissions intéressantes.. Comment avez-vous pu nous imposer durant toute cette année , Fréderic Mitterrand à 18h ? Quel était son audimat ? puis décider de le remplacer à la rentrée par Pascale Clark .. et supprimer dans le même temps " là-bas si j’y suis" " mon EMISSION PREFEREE ? on marche sur la tête ... Adieu France Inter .. désolée pour Zoé Valdès et Alain Le Gouguec .. je ne suis pas sûre que le public de Nagui apprécie leurs émissions !!!

— -

Adèle (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 09 :

Quelle déception ...
Il y a quelques années, j’écoutais Inter toute la journée, du matin au soir tout était intéressant.
Puis on nous a enlevé La bande à Bono remplacée finalement par Mitterrand : quel chemin parcouru en quelques années !
on nous a continué avec Guillon, Porte et combien d’autres ..
On nous met de la pub débile

Vraiment, vous nous avez massacré une belle radio en quelques années

C’est triste

— -

Auditeur modeste (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 08 :

Réjouissez vous là-bas si j’y suis continue sur le site "là-bas.org", il suffit de verser une cotisation minime Daniel MERMET crée une radio dissidente !!!!
Daniel tu es génial, je t’aime !!!!

— -

Auditeur modeste (anonyme) @ Auditeur modeste (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 10 :

IL N’Y A PAS DE RAISON QUE CE PROJET N’ABOUTISSE PAS ET JE ME RÉJOUIS DE POUVOIR ENTENDRE CETTE NOUVELLE RADIO.

— -

... et génial (anonyme) @ Auditeur modeste (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 10 :

Daniel Mermet aurait eu "une proposition" de Madame Bloch. Espérons, au moins que la bande de "Là-bas", avec un effectif féminin renforcé (pour satisfaire un louable souci de rééquilibrage à ce niveau), se retrouve le week-end. Le chalenge de conquérir d’autres auditeurs (notamment jeunes) serait plus crédible que lors du glissement de 17 à 15 h. il y a 4 ans. Le répondeur perdra beaucoup de sa force dans la disparition du principe de rendez-vous quotidien, Dommage, mais tans pis.

Et si, à la rentrée, on constate que c’est totalement mort…
Il reste peut être un moyen :

Rassemblons-nous, tous, tous les jours de la semaine dès le lundi 1er septembre à 15 heures devant la maison ronde. Faisons un IMMENSE repère d’(ex)Auditeurs Mécontents et Gueulards à ciel ouvert ; le vendredi, on causera cinoche avec les cinéphiles en manque eux-aussi d’un programme qui nourrit celui qui l’écoute.
Car, "Pendant les travaux, le cinéma reste ouvert" saute aussi. En lisant les contributions sur http://www.franceinter.fr/emission-pendant-les-travaux-le-cinema-reste-ouvert-keaton-frankenheimer, je trouve que ça ressemble pas mal aux nôtres.

Le retour d’un "animateur" et de l’esprit originel de son émission, c’est déjà arrivé, l’exemple vient de la doyenne et de la radio la plus écoutée en France : "les grosses têtes" ; mais c’était il y a 15 ans.

— -

nonos (anonyme) @ Auditeur modeste (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 09 :

L’idée de la création d’un groupe de pression qui - même s’il n’aboutit pas - défend le retranchement de cette cotisation sur la redevance est peut-être à lancer également.
Plus généralement, tout ce qui permet de focaliser un peu sur l’attribution des subventions aux médias est assez urgent aussi (cf le financement du Monde Diplo par exemple).

— -

nonos (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 08 :

Scoop :

La direction d’Inter assure qu’en cas de génocide, au Rwanda ou ailleurs, on peut compter sur elle pour en révéler l’existence.

— -

Anonyme (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 08 :

Tout simplement HONTE A VOUS la nouvelle direction de France inter. Je suis tout simplement dégoutté. Vous arrivez à une radio sans saveur, en route vers la norme radiophonique, un mot pas plus haut que l’autre. Vous me faite honte.
Un citoyen qui paye le service public pour une diversité de parole, non une parole normée.
Encore une fois HONTE A VOUS la nouvelle direction de France inter.

— -

Vilimek Patrick (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 08 :

Je viens d’apprendre avec tristesse et colère que l’émission, faute d’être reconduite à l’antenne à la rentrée, venait d’être reconduite à la frontière... frontière de la pensée, frontière de la liberté d’expression, de l’impertinence...

Je propose donc à la station un nouveau slogan :

"France Inter : supprimons la différence !"

Et je joins ma voix a celle des plus de 400 000 auditeurs indignés et écoeurés qui se sentent orphelins et souhaitent que là-bas se retrouve ailleurs, dès que possible. Là-bas, on y sera !

— -

Patrick66 (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 07 :

c’est Valentine qui doit être triste de la fin de la bas si j’y suis, honte à vous la direction de France inter résultat un auditeur de moins, mobilisons nous pour le retour des émissions supprimés

— -

Mathias (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 07 :

Je classe aujourd’hui "là-bas si j’y suis" comme la meilleure émission de l’histoire de la radio. Daniel Mermet, vous nous avez montré comment ne pas être à la merci d’un système soporifique et menteur. Merci Monsieur Mermet.

Tous les messages reçus et à recevoir sur ce site seront la preuve qu’un système abusif est en place pour contrer la pensée populaire. Madame Bloch (et M. ......... qui a décidé l’arrêt de l’émission), vous voulez donnez du pain et des jeux pour le peuple, afin qu’il soit endormi, aveuglé et perdu. Vous constaterez bientôt que le brave peuple est éveillé, éclairé et réactif.

— -

robin (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 07 :

La suppression de « Là-bas si j’y suis » n’est pas seulement un coup porté à la diversité des pratiques et des formats journalistiques, au pluralisme de l’information et à la qualité du service public. Cette décision est aussi le signe que ses dirigeants, singeant ceux du privé, se comportent en véritables propriétaires du service public radiophonique, du coup soumis à l’arbitraire de leur inspiration ou de leurs envies du moment…

— -

Fred (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 07 :

J’écoutais France-Inter ... beaucoup en fait ... Elle symbolisait pour moi la vrai réussite radiophonique, avec son éclectisme, sa liberté de parole, sa créativité et son talent.

J’avais peu apprécié la fin de l’émission Le Fou Du Roi, je déteste l’arrêt de La-Bas Si J’y Suis.

Je n’écouterai plus France Inter ...

— -

David (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 06 :

France inter veut devenir RTL. Non merci. Elle est où la différence ?

— -

David (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 06 :

France inter veut devenir RTL. Non merci. Elle est où la différence ?

— -

CJ Anonyme (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 04 :

L’arret de La bas si J’y Suis signifira mon arret de l’ecoute de France Inter. Je suis un fidele auditeur depuis de nombreuse annees. J’ai assite a la supression de Sous Les Etoiles Exactement sans aucune justification ou remplacement valable. Maintenant c’est au tour de La Bas, bientot le masque et la plume (vieille emmission) suprimee ?? Je prend les devants et je dis adieux a France Inter que j’ai tant aime.

— -

Odile Serazin (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 04 :

Hélas.... l’objectif était évident.... changement d’horaire, suppression du vendredi, durée amputée, et ....suppression. Donc on peut faire quoi ???? On est prêts....

— -

Bilou (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 03 :

Qu’on nous rende Là-bas si j’y suis, qu’on nous rende notre lointain !

— -

Stephane (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 01 :

C’est une honte d’enlever le seul espace où les sans voix devenaient visibles. De vrais reportages de radio sur les "gens de rien", les "gueux" comme les appelaient les autres. Cette mémoire ouvrière, ces voix des petites gens dérangent donc vraiment. Pour moi, France Inter ce sera adieu si cette suppression est maintenue

— -

Marc (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 01 :

Laissez nous notre émission ! L’argument du rajeunissement de l’antenne n’a aucun sens. Tout le monde se contre fout de l’âge du producteur animateur. Mermet est un bol d’air et réalise avec passion un travail fantastique depuis des années qui réalise des audiences tout a fait honorables.
LAISSEZ NOUS NOTRE ÉMISSION !!!!

— -

Anononyme (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 00 :

Et où entendrons-nous Lordon, Badiou, Todd et bien d’autres dorénavant ? Quelques miettes sur France Culture, et tout le reste aux oubliettes ? France Inter est en pleine normalisation, nous allons récupérer Nagui plutôt que Mermet ! C’est consternant !
FI perd un auditeur !

— -

Julien Boulet (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 00 :

pétition signée , allez en masse sur
http://sauvonslabas.wesign.it/fr
^^

— -

claudine (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 00 :

Je ne vais pas faire beaucoup de commentaires, déjà très émue et d’accord avec les nombreux que j’ai pu lire.
Agissons, il y a plusieurs pétitions à signer. Depuis une heure j’essaie de passer sans succès ce message, alors bien obligée d’enlever le lien mais on le trouve sur le site des inrocks

— -

Jahrool (anonyme),
lundi 30 juin 2014 à 00 :

Une grande colère, ce bol d’air radiophonique que cette nouvelle direction austère nous arrache ! Honte à cette direction qui n’a rien a faire à tête d’une radio de SERVICE PUBLIC !!!
8 ans d’écoute fidèle, cela fait 8 ans que j’ai commencé à découvrir dans quel monde nous vivons, que j’ai commencé à comprendre beaucoup des enjeux sociaux et de l’histoire sociale de nombreux pays grâce à cette émission et nulle autre, par son ton, sa pertinence, son engagement, sa subversion à la petite musique du pognon, voilà ce qui dérange, que le peuple soit éduqué, qu’ il comprenne tout cela et qu’un beau jour il renverse la table pour s’émanciper !
Honte à vous les CHIENS DE GARDES !

— -

Par Pablo discobar —

Viva Daniel !!! El Che GeVaRaDiO ... Notre Re Père a Tous
Touche Pas A Las Bas..
Soutien Fraternel a la géniale et courageuse équipe...
Ca va chier avec les AMG’s du monde entier .... Tant mieux ! .. y a de l’abus.. La taulière et sa cour se croient chez Carrefour... direction de médias direction de mes 2...
Virer Daniel comme ca ! sans sommation , froidement , genre droit dans les oreilles .. Ils ont vu la vierge ou quoi ? ... le mal des montagnes au sommet du pouvoir ?... l’addiction à la schnouf ?... Tout ça réuni ?... va savoir.. Y’en a marre !
Je propose un football préhistorique en utilisant leur médiocre tête et la transformation de leurs oreilles en pet food...
Des bises à vous... vous êtes géniaux !! Viva Zapata y GueVaRadio
Pablo Discobar

— -

Par Thomas —

Ce suicide de France Inter est salutaire. Vous ne regardiez plus la télé ? Ca fait longtemps que vous ne deviez plus écouter la radio.

— -

Par DOURU Rosario
Réponse à l’article Qui veut la peau de "Là-bas si j’y suis ?" [voir les messages]
Et si on déduisait un certain montant de notre redevance audiovisuelle (pourcentage à définir ensemble) ??? Rosario

— -

Qui veut la peau de "Là-bas si j’y suis ?
il y a 1 heure par Benoist —

Je vous ferais durer ! J’essayerais ! Vraiment je ferais tout ce que je pourrais pour toute l’équipe de LA-BAS ! Daniel tous les AMG en pensent autant sache le !

— -

Par Fanny

Vive la liberté de la presse ! Mais de quelle presse parlons nous ? De la presse lavabo qui nous lobotomise le cerveau ! C’est visiblement ce vers quoi tend la direction de France Inter ! Je suis consternée. Comment peut-on parler de démocratie dans un pays où la liberté d’expression est bafouée. J’ai grandi avec Là-Bas, j’ai passé des moments vraiment géniaux, appris à approfondir les sujets, à développer mon regard critique. Je ne suis fidèle à France Inter que pour cette émission. Alors si là-bas n’est plus là, moi non plus ! Peut-être serais-ce l’occasion de mettre en place une vraie radio autofinancée, un vrai service public ! Je suis certaine que tous les auditeurs associés nous pourrions parvenir en cotisant ne serai-ce que pour un ou deux euros pas mois chacun, une radio indépendante ! Notre pays s’enfonce dans l’A-culture, et il est grand temps que ça change ! Prêts pour la lutte ! Bises.

— -

Par eric gorden
Réponse à l’article Comment soutenir l’émission ?

Là-bas si j’y suis...au début, j’ai cru que c’était une émission touristique, et j’ai changé de station ! Puis je suis tombé sur une émission et je suis resté, et je suis devenu un fidèle, écoutant chaque fois que je le pouvais. Bien sur parfois mermet m’énerve, quand il tombe dans la facilité, quand il étire sur 3 heures, par des artifices de montage, des sujets qui tiendraient en 2h.
Mais c’est un des seuls endroits où entendre parler d’autres choses, où avoir un regard différent.
Mais qu’attendre d’une station qui nous propose comme "débatteurs" des calibres comme Joffrin et le mec à l’écharpe rouge ?
Je crois que je vais moins écouter Inter, dont l’information est souvent conformiste et les analyses pas très éloignées de la lecture pure et simple des dépêches AFP.

LA-BAS SI J’Y SUITE
Par EmmanuelCND

Pétition a 40 000 signatures en 3 jours !
Jamais vu ca !
http://sauvonslabas.wesign.it/fr
1 Lien(s) contenu(s) dans le texte du message

— -

Par ReReX

Mme Bloch emploie une méthode un peu casque à plointe.

— -

Par yan

Réponse à l’article Daniel Mermet : “Les médiocres sont de retour dans la vallée fertile”

le message que j’ai envoyé Samedi à France Inter et Radio France
"Madame Bloch, Monsieur Gallet , j’ai appris aujourd’hui l’arrêt de l’émission de Daniel Mermet "là-bas si j’y suis", ceci sous le prétexte de son âge avancé. Stéphane Hessel était le plus jeune d’entre nous tous (la résistance,ça conserve...). Et devrais je parler de Noam Chomsky ?De Pierre Bourdieu ? de Gabriel Garcia Marquez ?de Mick Jager ?Ou encore de Godard, ou de Haydn, ou de Mère Térésa ? Et de tant d’autres, dans tant de domaines différents ? La création, l’engagement et la ferveur n’ont pas d’âge. Cette émission était une des (trop rares) bouffées d’air sur nos antennes. DE PLUS, virer Mermet, c’est cracher à la figure de 600000 auditeurs, c’est à dire à la figure de ceux aux services desquels vous devriez être, à la figure de ceux par qui même vous existez. C’est scier la branche sur laquelle vous êtes assis. Je n’écouterai plus France Inter .
Salutation,
Yan"

— -

LA-BAS SI J’Y SUITE
Par Erwann

Pinaise !
J’ai décroché de France Inter depuis un petit moment déjà, parce que le slogan balancé à longueur d’antenne "la différence" n’arrivait plus à me faire oublier que c’était de plus en plus la Déférence, à l’égard des puissances politiques et de l’argent, qui primait dans les programmes. Cette radio, qui avait bercé mon enfance, je ne la reconnaissais plus. Défilé de ministres et autres apparatchiks qui tous les matins venaient obscurcir mon petit déjeuner...
Non, vraiment, il ne restait plus que Mr Mermet, et Zoé Varier, que j’écoutais encore avec un plaisir et une gourmandise intenses. Voilà là-bas si j’y suis supprimée, par un pouvoir soit-disant socialiste, social-traitre plutôt... Même Sarko et son caniche Val n’avaient pas osé, ayant pourtant réussi à dégager le trublion Guillon sans ménagement...
Finies donc, ou presque, les émissions de journalisme, de celles qui font réfléchir, sur ce qui fut une grande radio nationale. Qui fera encore entendre un son de cloche différent de ces litanies de finkielcroûtes libérales qu’on entend asséner leurs menteries à longueur de journées ? Qui pour inviter les Pinçon-Charlot, les Lordon, les Bourguignon... Qui pour nous trainer dans les pince-fesses du gotha, au rotary, chez les Fralib, dans les villages cévenols en crise d’identité, ou chez des ferrailleurs fétichistes ???
Je suis consterné ! Mais pas résigné !
Pa moli, Tchimbé raid !

— -

Le 30 juin 2014

Par mcourbian

Je n’écoute déjà plus beaucoup France Inter et donc à ce jour, je n’écouterai plus jamais !
On peut lire encore le Monde Diplomatique !
Laurence Bloch je ne la connais pas et c’est tant mieux.
J’ai écouté pendant des années D.Mermet et ses journalistes et leurs reportages authentiques... pour l’information, le plaisir et les émotions, je suis très déçue de ces décisions à l’emporte pièce qui reflète le monde dans lequel on vit.
Merci à vous Monsieur Daniel Mermet.

— -

Par Alain Caplanis

Et puis, il faut arrêter de dire qu’aujourd’hui la Gauche est au pouvoir ! C’est, sans aucun doute, l’idée la plus fausse en circulation aujourd’hui dans les médias !!!
Ne plus avoir des émissions comme Là-bas si j’y suis pour le dire, en toute simplicité, est une véritable catastrophe !
Alors, ici ou ailleurs il faut que les vérités premières soient dites. Qui veut la peau de Là-bas si j’y suis ? Tous ceux qui ont décidé un jour qu’on devait faire de la politique comme on vend des produits à obsolescence programmée en disant qu’ils sont les meilleurs du marché.Le mensonge organisé, souhaitons le ne passera plus un jour !!
Alain Caplanis

Zoom

Les Rendez-vous des Repaires

  • Saint Lô

    En France, les femmes n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1944. Elles ne peuvent exercer une profession et ouvrir un compte bancaire sans autorisation du mari que depuis 1965. Aujourd’hui, l’égalité hommes/femmes n’est toujours pas effective dans de nombreux domaines. Quelles sont les luttes (...)

    Saint-Lô

  • Vierzon

    Mardi 4 octobre, à 19 heures, le café repaire de Vierzon accueillera Marie-Josèphe Bonnet. Cette historienne, figure du mouvement féministe et homosexuel, pose aujourd’hui la question : où sont passés les rebelles ? Auteur de nombreux ouvrages, Marie-Josèphe Bonnet, qui a milité dans le Mouvement de (...)

  • Angers

    Mardi 4 octobre, rendez-vous au bar Challenge à 19h30 pour organiser la résistance sur tous les fronts. Au programme : – organisation du passage et de l’accueil à Angers le mercredi 12 octobre de la Caravane Solidaire avec la Grèce. – présentation et renforcement du mouvement Nuit Debout – (...)

    Angers

  • Nîmes

    Le café repaire du 7 septembre nous a permis d’évoquer un peu l’histoire, l’origine de la notion de laïcité. Le sujet étant loin d’être épuisé, le 5 octobre, à partir de 19h, nous en remettrons une couche !

    Nîmes
    24 Boulevard Amiral Courbet

  • La Rochelle

    Procédé de mise en œuvre de satisfaction de besoins publics de l’État et des collectivités territoriales, voire même d’établissements publics, le PPP (partenariat public-privé) a souvent mauvaise presse, et pas seulement en France. Déjà, de par son origine, anglo-saxonne. Source diabolique s’il en est. Le (...)

Dernières publis