Là-bas à 15 heures, un an après

Le

Un échec pour la direction d’Inter.

Chers amis !
Chers AMG !

De toutes parts, des messages inquiets nous parviennent pour l’avenir de Là-bas. Beaucoup nous voient déjà correspondants permanents aux îles Kerguelen ou cireurs de souliers à Davos. Mais non, chers AMG, n’ayez pas peur ! Vous êtes victimes de la désinformation socialo-gauchiste, ayez confiance ! Notre nouveau président est là au contraire pour nous soutenir, il l’a dit et vous le savez, il n’a qu’une parole « Il y a une tradition qui est celle de la caricature et de la critique. Je ne suis pas prêt à transiger avec cette tradition (…) Je tiens à apporter clairement mon soutien à qui, à sa façon, exprime une vieille tradition française : celle de la satire, de la dérision et de l’insubordination ».

On ne peut pas être plus clair et plus encourageant !

Voilà donc bien en tout cas la manipulation socialiste dont il est temps de se libérer.

Et pourtant quelques mauvais perdants revanchards s’entêtent à fustiger l’emprise du nouveau pouvoir sur les médias, la connivence avec les patrons des grands groupes de presse comme des chaînes publiques. Tout cela est risible et relève de la théorie du complot. Tout comme en juin 2006, il y a juste un an, lorsque Là-bas fut déplacé à 15 heures, ce fut un concert de protestations. L’émission allait perdre la moitié de ses auditeurs et ce n’était pas innocent, Là-bas n’étant pas une émission innocente, surtout au seuil d’une année électorale cruciale. On ne manqua pas de dénoncer un président de Radio France, nommé par un CSA entièrement UMP, ami intime d’Alain Juppé et qui affichait sans complexe ses opinions libérales et anti altermondialistes.

Toutes ces calomnies étaient infondées bien sûr. Déplacer Là-bas de 17 heures à 15 heures n’obéissait à aucun autre but que de remonter l’audience de France Inter. C’est ce qu’affirmait la nouvelle direction de France Inter, offensée qu’on pu la soupçonner d’avoir pour mission de marginaliser là-bas et de virer l’excellent Alain Rey, coupable d’avoir à l’antenne, soutenu un « commando » d’intermittents qui s’était invité en direct dans le studio du 7/9.

À 17 heures, Là-bas avait acquis une très bonne audience de plus de 500 000 auditeurs, une réussite de popularité reconnue par tous pour la qualité, le ton libre, engagé et inventif devenu une référence dans le paysage médiatique et un exemple réussi de la « différence » que le service publique peut faire entendre avec succès dans le paysage médiatique.

Déplacer l’émission à 15 heures, c’était réduire cette audience de moitié. À 15 heures traditionnellement en effet, quelle que soit la radio, l’audience est nettement moins élevée.
Et c’est ce qui s’est produit. Là-bas si j’y suis a perdu la moitié de ses auditeurs [1].

Certes rétorquait la direction, mais nous allons programmer une nouvelle émission qui fera bien mieux que Là-bas. Or c’est l’inverse qui s’est produit. Au total en 6 mois, 300 000 auditeurs ont quitté la tranche 16 /18 heures ! Une tranche horaire qui a été reconnue comme le « moment noire de la journée » lors de la dernière présentation des chiffres d’audience par la direction de Radio France elle –même . Un échec indiscutable et qui sur le total de l’audience de France Inter a eu pour effet d’annuler l’augmentation de la tranche du matin. Autrement dit le déplacement de Là-bas [2] est une erreur incontestable de programmation et qui a fait perdre de l’audience à France Inter.

Il nous a semblé normal d’en informer les auditeurs et notamment ceux qui en juin 2006 ont été plus de 200 000 à signer une pétition de soutien.

Mais nous n’en doutons pas, la direction va tirer les conclusions et « remettre les pendules à leur place » pour la rentrée de septembre 2007. Ou alors elle donnerait raison à ces infâmes calomniateurs qui n’ont cessé de l’accuser des plus noirs desseins…

Nous ne manquerons pas – même depuis les Kerguelen – de vous tenir informés…

En attendant, comme dit Sally Mara, « Tiens bon la rampe » ! 

Là-bas, le 20 mai 2007

Notes

[1Même si nous avons doublé l’audience du 15 heures

[2Ainsi d’ailleurs que Carrefour de Lodéon

Les Rendez-vous des Repaires

  • La violence s’exerce tous azimuts. Entre les États, les peuples ou les communautés bien sûr, mais aussi dans tous les rapports humains et sociaux : dans le monde du travail, dans celui des médias, de l’éducation, du sport, de la famille… Histoire de domination sociale diront les uns, histoire de nature (...)

    Angers

  • "Revenu de base, revenu minimum, revenu inconditionnel, revenu d’existence, salaire à vie..." Ce sera le menu du prochain café repaire organisé conjointement par ATTAC 17 et le Centre d’Animation et de Citoyenneté de Surgères. Nous nous retrouverons mercredi 18 janvier au Café Français de Surgères, à (...)

  • L’accusée « Parti Socialiste » est déjà en état de mort cérébrale, Aude Lancelin parle même d’un PS en voie de putréfaction ; mais nous, citoyens atterrés, ne reculons pas devant l’ignominie ! Nous mettons en procès le « Parti socialiste ». La dictature des marchés ? La libre circulation des marchandises à (...)

    Nice

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.