France Inter et Daniel Mermet, la fin d’une idylle

Le

Nous relayons ici un article de l’Humanité,
Publié le vendredi 27 Juin 2014

Par Caroline Constant

Laurence Bloch, la directrice de France Inter, a reçu vendredi matin, pendant une heure, Daniel Mermet, pour lui faire part de son désir de renouveler « en profondeur » les après-midis de la station. Et dans le cadre de cette refonte des programmes, la directrice de la station publique a signifié au producteur la fin de « Là-bas si j’y suis », dont les audiences s’effritent.
C’est une aventure qui dure depuis 1989, et qui est manifestement finie. Selon des sources internes, la directrice aurait fait deux propositions à Daniel Mermet. Entre autres la demande de travailler à une série de grands reportages à travers le monde. Reportages qu’il « pourrait préparer en amont, à partir de décembre », et qui trouveraient un débouché sur les grilles d’été 2015. Laurence Bloch a aussi proposé à Daniel Mermet de reprendre toute son équipe, dans une émission hebdomadaire, très engagée, dans « l’esprit Mermet », dit-on à France Inter.

A noter, quand même, que cette annonce a lieu au lendemain de la dernière émission de l’année de « Là-bas si j’y suis ». Mercredi, le producteur avait fait part de ses inquiétudes à l’antenne. Dans « le répondeur » du lendemain, nombreux étaient déjà les auditeurs qui protestaient. Le SNJ s’est déjà fendu d’un communiqué : « Chirac a tout tenté. Sarkozy en a rêvé puis a essayé. Ce serait un comble qu’Hollande réussisse à le faire », proteste Anthony Bellanger, le secrétaire du syndicat.

France Inter, compte tenu de l’attachement des auditeurs à « là-bas si j’y suis », caution de gauche de la station depuis 1989, joue là une sacrée carte de poker.

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.