France Inter et Daniel Mermet, la fin d’une idylle

Le

Nous relayons ici un article de l’Humanité,
Publié le vendredi 27 Juin 2014

Par Caroline Constant

Laurence Bloch, la directrice de France Inter, a reçu vendredi matin, pendant une heure, Daniel Mermet, pour lui faire part de son désir de renouveler « en profondeur » les après-midis de la station. Et dans le cadre de cette refonte des programmes, la directrice de la station publique a signifié au producteur la fin de « Là-bas si j’y suis », dont les audiences s’effritent.
C’est une aventure qui dure depuis 1989, et qui est manifestement finie. Selon des sources internes, la directrice aurait fait deux propositions à Daniel Mermet. Entre autres la demande de travailler à une série de grands reportages à travers le monde. Reportages qu’il « pourrait préparer en amont, à partir de décembre », et qui trouveraient un débouché sur les grilles d’été 2015. Laurence Bloch a aussi proposé à Daniel Mermet de reprendre toute son équipe, dans une émission hebdomadaire, très engagée, dans « l’esprit Mermet », dit-on à France Inter.

A noter, quand même, que cette annonce a lieu au lendemain de la dernière émission de l’année de « Là-bas si j’y suis ». Mercredi, le producteur avait fait part de ses inquiétudes à l’antenne. Dans « le répondeur » du lendemain, nombreux étaient déjà les auditeurs qui protestaient. Le SNJ s’est déjà fendu d’un communiqué : « Chirac a tout tenté. Sarkozy en a rêvé puis a essayé. Ce serait un comble qu’Hollande réussisse à le faire », proteste Anthony Bellanger, le secrétaire du syndicat.

France Inter, compte tenu de l’attachement des auditeurs à « là-bas si j’y suis », caution de gauche de la station depuis 1989, joue là une sacrée carte de poker.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain café-repaire de Prades se tiendra le 19 janvier à 18h30, comme toujours au bar L’Hostalrich. Au menu de cette soirée : Les Brulls (on ne lâche rien !) La monnaie locale Les primaires au PS Le revenu universel On vous attend nombreux (...)

    Prades
    156 Avenue du Général de Gaulle

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.