Daniel Mermet : « Les dirigeants de Radio France ne sont plus journalistes, mais gestionnaires »

Le

Laurence Bloch, la nouvelle directrice de France inter, a annoncé, vendredi, la fin de l’émission de Daniel Mermet « Là-bas si j’y suis », à l’antenne depuis 1989.

Nous relayons ici un article paru dans LE MONDE TELEVISION, le 27.06.2014

Propos recueillis par Daniel Psenny.

Laurence Bloch vous a annoncé, vendredi matin, que votre émission « Là-bas si j’y suis » ne serait pas reconduite à la rentrée. Quelle est votre réaction ?

Je suis consterné et j’estime que cette décision est une grande maladresse ! Les raisons avancées pour cette suppression sont fallacieuses. Laurence Bloch avance que l’audience a régulièrement baissé depuis des années. Or, lorsqu’en 2006, nous sommes passés de 17 heures à 15 heures, nous sommes descendus à 150 000 auditeurs. Selon les derniers sondages, nous en sommes à 450 000 auditeurs.

Par ailleurs, on me reproche mon grand âge. J’ai certes 70 ans, mais je ne suis pas frappé par la limite d’âge car je suis un intermittent du spectacle avec un renouvellement de mes CDD depuis 1976. J’ai une carte de presse depuis seize ans.

Enfin, il existe une équipe de cinq jeunes journalistes de 30 ans qui travaillent avec moi depuis des années et qu’il faut recycler. J’ai donc proposé qu’ils reprennent la tranche de l’émission et que je m’efface petit à petit pour qu’ils s’approprient de la ligne éditoriale. J’estime qu’il serait bien de garder le titre de l’émission qui est une image de marque très forte de France Inter.

Quand devez-vous revoir la direction ?

Je revois Laurence Bloch ce week-end ainsi que Frédéric Schlesinger, le patron des antennes de Radio France, pour faire un dernier point.

Votre émission, comme d’autres sur France Inter, n’a-t-elle pas trop vieilli ? Une nouvelle génération ne doit-elle pas prendre la relève ?

Peut-être, mais je crois surtout que c’est une décision politique. Je ne suis pas propriétaire de l’antenne mais je pense que derrière cet arrêt, il y a de la revanche, probablement des règlements de compte. De nombreux directeurs ont tenté de nous débarquer, mais ils n’y sont jamais arrivés.

Jean-Paul Cluzel, un des anciens PDG de Radio France qui ne cachait pas ses opinions de droite, m’avait dit à la veille des élections de 2007, qu’il fallait « rééquilibrer l’antenne politiquement ». Et puis, finalement nous avons survécu pendant tout le quinquennat de Nicolas Sarkozy !

Votre engagement et le soutien des auditeurs sont-ils vos meilleures protections ?

Peut-être… Mais, quand il était directeur d’Inter, Jean-Luc Hees [nommé PDG de Radio France en 2009 par Nicolas Sarkozy] nous a laissés tranquilles, même s’il n’était pas d’accord avec tout ce que l’on faisait. Et Hees n’a jamais été un gauchiste ! Seulement c’était un excellent journaliste qui avait fait ses classes aux Etats-Unis et estimait qu’il fallait laisser tout le monde s’exprimer.

Même chose pour Jean-Marie Cavada, autre journaliste, qui, à la tête de Radio France, a tout fait pour que l’émission continue d’exister à l’antenne. Aujourd’hui, les dirigeants de Radio France ne sont plus des journalistes mais des gestionnaires.

Daniel Psenny
Journaliste

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Le Collectif du 14 juillet 2016, en partenariat avec le café-repaire de Là-bas si j’y suis à Nice, organise une rencontre/débat avec Laurent Bonelli, maître de conférence en sciences politiques à l’université de Paris X Nanterre, sur le thème « Politique sécuritaire, sécurités et libertés ? » Samedi 28 (...)

    Nice

  • Anne DELEGUE, pédopsychiatre au Centre Hospitalier Annecy Génevois, nous propose un débat autour d’une question d’actualité mais non médiatisée : l’impact de la « psychiatrie biologique » en pédopsychiatrie. Ce thème est inspiré d’un article de F. GONON, neurobiologiste, paru en novembre 2011 dans la revue (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Pour cette tout première édition du café-repaire de Donges, nous vous proposons de d’échanger à propos de L’animation de notre commune. Une convention relative à une participation de 2500 € de l’entreprise Total aux festivités de Noël organisées par la municipalité prévoit que "la ville s’engage à (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.