Xénophobie business : À quoi servent les contrôles migratoires ?

La surveillance des frontières s’est muée ces dernières années en un business hautement profitable. Jamais, en effet, les politiques sécuritaires n’ont aussi fructueusement dopé le marché. Du Sénégal à la frontière mexicaine, de Kiev à Paris ou Tel-Aviv, les rouages invisibles de cette nouvelle ruée vers l’or sont, pour la première fois, mis en lumière et analysés dans ce livre détonnant.

Claire Rodier, Xénophobie business : À quoi servent les contrôles migratoires ?, La Découverte, Paris, 2012.

Dans nos émissions

  • Là-Bas HEBDO n°20

    NON À L’HOSTÉRITÉ ! Abonnés

    Écouter
    Martin Hirsch est un incompris. Directeur général de l’AP-HP (Assistance Publique - Hôpitaux de Paris), il veut juste une « refonte de l’organisation du travail », il veut seulement « aménager et réorganiser ». Mais les salariés – ils sont 75 (...)

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.