Les prédateurs au pouvoir, main basse sur notre avenir

Le Pen, Fillon, Trump, Hollande, Macron… Quelques semaines avant l’élection présidentielle, les deux sociologues se livrent à leur activité préférée : brosser le portrait d’une caste dominante cynique et amorale. Avec l’argent comme arme principale, ils et leurs amis du Cac 40, mènent une guerre de classe d’une violence extrême. Prête à tout pour gagner, menée par la logique du « toujours plus », elle tisse la toile de ses intérêts, spéculations sur le réchauffement climatique, sur la vente d’armes, du commerce du sang et des services à la personne…Avec rage et pertinence, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, nous fournissent des outils pour nous permettre « d’enlever toutes les richesses et les pouvoirs d’une petite oligarchie dont la cupidité ampute l’anticipation de l’avenir de l’Humanité ». Ils nous crient l’urgence d’agir.

Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Les prédateurs au pouvoir, main basse sur notre avenir, Textuel, Paris, 2017.

Dans nos émissions

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.