L’illusion du consensus

Pour la philosophe belge et professeur de théorie politique à l’université de Westminster à Londres, il est temps - et nécessaire - de combattre le consensus, plus précisément l’illusion qu’il puisse être une solution. Parce que pour Chantal Mouffe, la politique contient par essence des antagonismes. Les nier, « concevoir le but d’une politique démocratique en termes de consensus et de réconciliation n’est pas seulement erroné conceptuellement mais dangereux politiquement » écrit-elle dans sa préface. Quand, en effet, les luttes politiques perdent de leur signification, ce n’est pas la paix sociale qui s’impose, mais surgissent des antagonismes capables de saper les fondements mêmes de nos sociétés démocratiques. Pour les sauver et permettre de relever les défis auxquels la politique démocratique est aujourd’hui confrontée, il faut, bien au contraire, accepter l’impossibilité d’éradiquer la dimension conflictuelle de la vie sociale.

Chantal Mouffe, L’illusion du consensus, Albin Michel, Paris, 2016.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.