Le Dernier Tabou. Les "harkis" restés en Algérie après l’Indépendance

Dans cette enquête longue de deux ans, Pierre Daum, journaliste et spécialiste du passé colonial de la France, révèle que « la majorité des harkis, bien qu’ayant traversé une période effroyable après guerre, n’ont pas été victimes de massacres et ont continué, non sans difficultés évidemment, leur vie en Algérie ». Fort de soixante témoignages d’anciens supplétifs de l’armée française mais aussi d’anciens appelés et engagés algériens restés dans leur pays après l’indépendance, ce livre permet de rétablir une vérité – non, tous les harkis n’ont pas été massacrés par les égorgeurs de l’ALN - et de faire entendre ces voix qui se sont tues pendant cinquante ans.

Pierre Daum, Le Dernier Tabou. Les "harkis" restés en Algérie après l’Indépendance, Solin Actes Sud, Paris, 2015.

Dans nos émissions

    REPORTAGE + ÉMISSION [mars 2015]

    19 MARS 1962, ET SI L’ALGÉRIE ETAIT RESTÉE FRANÇAISE ?

    Écouter
    Et si les partisans de l’Algérie Française avaient triomphé ? Aujourd’hui nous serions 40 millions de plus, de Dunkerque à Tamanrasset. À quoi ressemblerait ce grand pays tout égayé de mosquées et de djellabas ? À quoi ressemblerait notre (...)

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !

Avec Yann Augras, de la CGT, depuis l’usine GM&S Industry Les GM&S mettent le feu dans l’usine Écouter

Le

« Suite aux négociations catastrophiques avec la cellule de crise mise en place par le gouvernement, les salariés on décidé de hausser le ton et de mettre le feu dans l’usine. » C’est le communiqué des 277 salariés de GM&S Industry, sous-traitant de Renault et PSA Peugeot, en lutte depuis six mois, qui avaient menacé de faire sauter leur usine.