Les luttes et les rêves, une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours

L’histoire de France ne se limite ni à « nos ancêtres les Gaulois » et ni à l’hexagone. Elle n’est pas non plus écrite que par ceux d’en haut, ceux qui gouvernent, qui décident, gagnent et remplissent les livres de leurs exploits de vainqueurs. Michelle Zancarini-Fournel, professeur émérite à l’université Lyon I, spécialiste d’histoire contemporaine le sait, qui a consacré sa vie de chercheuse aux résistances populaires. Cette histoire France qu’elle vient d’écrire est celle des classes populaires et des opprimés de tous ordres, celle « de leurs accommodements, de leurs résistances à l’ordre établi et aux pouvoirs dominants, leurs luttes et leurs rêves ». Elle raconte aussi les colonisés et les migrants accueillis à « bras fermés. Le champ est large pour Michelle Zancarini-Fournel qui commence son livre en 1685, année de l’adoption du Code Noir qui régit l’esclavage et de celle de la révocation de l’édit de Nantes. Une date comme point de départ à cette somme de lutte et de rêves, afin de décentrer le regard, c’est-à-dire choisir de s’intéresser aux hommes et femmes « sans nom », aux minorités et aux subalternes.

Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves, une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Zone, Paris, 2016.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.