Lire délivre

Lire délivre

LES BOUQUINS DE LA-BAS.
Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

La sélection

Nos nouveautés

Histoire

  • « La bonne guerre », Race, Hard times

    Studs Terkel (Amsterdam, 2006)

    Louis « Studs » Terkel, (1912-2008) est un des plus grands journalistes de radio. Il doit sa notoriété à l’émission de radio The Studs Terkel Program, (WFMT Chicago) au cours de laquelle il interviewait des personnalités et aux recueils d’entretiens qui forment une histoire orale des Etats-Unis au XXe siècle. Ses livres les plus célèbres sont "La Bonne Guerre" - Histoires orales d la Seconde Guerre mondiale. Race : What Blacks and Whites Think and Feel About the American Obsession, une histoire orales d’une obsession américaine. Et Hard Times - Histoires orales de la Grande Dépression. Ces centaines d’entretiens, récits de souvenirs et de confessions, retranscris dans ses livres, nous font éprouver l’entrelacement des histoires individuelles, des transformations socio-historiques et des évènements politiques. Ils dessinent à maints égards le monde dans lequel nous vivons. C’est en cela, et pour bien d’autres raisons, que ces recueils sont essentiels.

Biographie

  • Hadjira, la ferme Ameziane et au-delà…

    Claire Mauss-Copeaux (Les Chemins du présent, 2017)

    « Écrire ce qui a fait ma vie ». Il lui en a fallu du temps à Hadjira pour qu’elle se souvienne de sa jeunesse à Constantine, ose écrire son combat pour l’indépendance de l’Algérie, cette ferme Ameziane transformée en Centre de renseignement et d’action par les militaires français. C’est là que la veille de ses vingt et un an, elle a été amené avec d’autres suspects. Et torturée. Une souffrance qu’elle a vécu et gardé secrète pendant plus de cinquante ans. Elle en témoigne désormais. Pour ses proches, pour l’Histoire.

  • Je vous rends ma médaille

    Michel Ferchaud (Les Savoirs Inédits, 2016)

    Il a fait la guerre d’Algérie, Michel. Il a sauvé des soldats et des populations. Il a eu une médaille pour cela, valeur militaire avec étoile de bronze. Mais Michel Ferchaud n’en veut plus de cette breloque dont on l’a honoré et qui n’est que le mauvais souvenir d’une guerre qui a sali ses vingt ans. Depuis, il a la rage et le raconte dans un livre où se mêlent musique et chansons, les gens simples, la Loire et les ébénistes parisiens du faubourg du temple. C’était une époque. Celle de beaucoup de nos pères et grands-pères. De petites histoires pour écrire la grande.

  • Une traversée de Paris

    Eric Hazan (Le Seuil, 2016)

    Au fil de la marche à travers les rues de Paris, surviennent des souvenirs. Fragments du passé très lointains, à la frontière de l’oubli, réactivés par la traversée de la capitale, du sud au nord, d’Ivry à Saint-Denis. Cette ligne entre l’ouest et l’est, comme un méridien capital, Éric Hazan avait cru la dessiner sans réfléchir. En fait, le hasard n’y est pour rien : ce tracé suit les méandres de sa propre existence.

  • Les clés retrouvées : une enfance juive à Constantine

    Benjamin Stora (Stock, 2015)

    La guerre est un bruit de fond qui s’amplifie soudain. Quand, en août 1955, des soldats installent une mitrailleuse dans la chambre du petit Stora pour tirer sur des Algériens qui s’enfuient en contrebas, il a quatre ans et demi et ne comprend pas. Quelques années plus tard, quand ses parents parlent à voix basse, il entend les craintes et l’idée du départ. Mais ses souvenirs sont aussi joyeux, visuels, colorés, sensuels.

  • Souvenirs et solitude

    Jean Zay (Belin, 2011)

    Jean Zay (1904-1944), jeune ministre de l’Éducation nationale et des Beaux arts du Front populaire, fut constamment attaqué par l’extrême droite comme républicain, juif, protestant, franc-maçon et désigné comme l’homme à abattre. En octobre 1940 il est condamné à la déportation par le tribunal de Clermont-Ferrand aux ordres de Vichy, emprisonné à Riom, jusqu’au jour où – le 20 juin 1944 – des miliciens le font sortir de prison pour aller le massacrer dans un bois.

Société

  • Précaire !

    Mustapha Belhocine (Agone, 2016)

    Livre de nouvelles, livre de récits exemplaires que celui de Mustapha Belhocine qui raconte ses « aventures picaresques de petit soldat réfractaire de l’armée de réserve du capital », ainsi que l’écrit Thierry Discepolo, le directeur (provisoire) de cette collection. Exemplaire, parce que l’auteur, titulaire d’un master de sociologie à l’EHESS après une dizaine d’années d’inscription désordonnées à l’université, sait de quoi il parle. Pas un journaliste en immersion pendant quelques semaines, mais des années de galère, pas un cobaye de sociologue sondant les bas-fonds de l’exploitation moderne. Un prolétaire, en somme, devenu sociologue consignant son quotidien pour survivre à la vieille exploitation moderne. C’est caustique, drôle, et surtout édifiant.

International

  • Le Dernier Tabou. Les "harkis" restés en Algérie après l’Indépendance

    Pierre Daum (Solin Actes Sud, 2015)

    Dans cette enquête longue de deux ans, Pierre Daum, journaliste et spécialiste du passé colonial de la France, révèle que « la majorité des harkis, bien qu’ayant traversé une période effroyable après guerre, n’ont pas été victimes de massacres et ont continué, non sans difficultés évidemment, leur vie en Algérie ». Fort de soixante témoignages d’anciens supplétifs de l’armée française mais aussi d’anciens appelés et engagés algériens restés dans leur pays après l’indépendance, ce livre permet de rétablir une vérité – non, tous les harkis n’ont pas été massacrés par les égorgeurs de l’ALN - et de faire entendre ces voix qui se sont tues pendant cinquante ans.

  • Les veines ouvertes de l’Amérique latine

    Edouardo Galeano (Pocket, 2001)

    Voici l’histoire implacable du pillage d’un continent.
    Nous suivons, siècle après siècle, et dans le moindre détail, la honte du mécanisme qui a conduit à une dépossession ruinant les nations d’un des espaces les plus prometteurs de l’univers.

Beaux livres

  • Nénètses de Sibérie, les Hommes debout

    Franck Desplanques, Jean-Pierre Thibaudat (Editions du Chêne, 2005)

    « Après quinze années de voyages réguliers à l’écoute des éleveurs de rennes, des pêcheurs, des chasseurs et des habitants des villages les plus isolés du grand nord de la Russie, le photographe Franck Desplanques nous livre images et témoignages, comme un hommage à ces hommes et à ces femmes qui, malgré la dureté de leur quotidien, les drames de leur vie, sont debout et fiers de vivre sur leur terre. »

  • Balkans-Transit

    François Maspero , Klavdij Sluban (Le Seuil, 1997)

    Un long récit de voyage au cœur de l’Europe. « C’est peut-être cela, le pari du voyage ? Au-delà des émerveillements ou des angoisses de l’inconnu, retrouver le sentiment d’être de la même famille. » Avec cette phrase d’un certain Lord Cadogan en exergue, « N’allez pas à l’étranger, c’est un endroit horrible. »

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.